Sébastien et toute son équipe

Le meilleur forum de tout les temps !
 
AccueilPortailCalendrierFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Ligue 1: Actualité

Aller en bas 
AuteurMessage
sebastien0106
Administrateur
avatar

Masculin
Nombre de messages : 679
Age : 24
Localisation : Mionnay
Emploi : Collégien
Loisirs : Cyclisme, Motocross
Date d'inscription : 27/04/2007

MessageSujet: Ligue 1: Actualité   Mar 26 Juin 2007, 17:59

Abidal durcit le ton

Eric Abidal est toujours autant décidé à évoluer au FC Barcelone la saison prochaine. Insatisfait de l'offre catalane, l'Olympique Lyonnais n'a cependant pas donné suite et le défenseur international commence à s'impatienter. Il pourrait même sécher la reprise lundi. Clash en vue.

Eric Abidal n'a jamais eu la langue dans sa poche. On avait déjà eu l'occasion de s'en rendre compte lors d'un rassemblement de l'équipe de France en février 2006 lors duquel il s'était opposé frontalement au président et à l'entraîneur de l'OL qui ne souhaitaient pas qu'il joue face à la Slovaquie. Revenant de blessure, le latéral gauche de l'Olympique Lyonnais avait adressé à Jean-Michel Aulas et Gérard Houllier une fin de non-recevoir matérialisée par un "c'est moi qui décide" sans équivoque. Seize mois plus tard, l'international français n'a pas changé de ligne de conduite. Il compte toujours dicter sa propre loi alors que le FC Barcelone souhaite ardemment le recruter pour la saison prochaine et que Lyon traîne des pieds.

Peu enclin à laisser filer les deux hommes forts de son côté gauche, Jean-Michel Aulas serait tout de même prêt à faire un effort si cela en valait la peine. Comprenez si les acheteurs potentiels étaient décidés à mettre la main au porte-monnaie. Pour le moment ni Florent Malouda, ni Eric Abidal ne sont partis puisque ni Chelsea pour le premier, ni Barcelone pour le second n'ont offert à l'OL la somme attendue par son président. Avec 22 millions d'euros proposés, les Blues n'en sont plus très loin (ndlr : JMA en veut 25). Quant aux Blaugrana, on est plus loin du compte puisque Lyon demande 20 millions pour Abidal et le Barça n'en propose que 12. La situation est actuellement bloquée. Et cela n'est pas pour ravir le défenseur de l'équipe de France.

Après Essien et Diarra, Abidal ?

Rentré de vacances récemment, le joueur a demandé à son président et à Marino Faccioli, directeur administratif de l'OL, des éclaircissements. L'ancien Lillois n'est sans doute pas sans savoir que Jean-Michel Aulas avait assuré lors de la présentation du duo Bodmer-Keita qu'il avait "très envie" qu'Eric Abidal reste à Lyon à la saison prochaine et que le champion de France pourrait faire un effort (ndlr : autour de 30% d'augmentation) comme il l'a fait avec Grégory Coupet, Anthony Réveillère ou Juninho. Mais à bientôt 28 ans (il les aura le 11 juillet), le joueur a envie d'aller voir ailleurs. Et ne veut pas laisser passer le train barcelonais. Le bras de fer est en vue.

Le joueur et son entourage sont prêts à aller au clash pour faire entendre leurs intérêts. Alors que l'Olympique Lyonnais s'apprête à reprendre l'entraînement lundi prochain, Eric Abidal pourrait très bien sécher les retrouvailles. Une situation qui ne serait pas sans rappeler celles vécues par Michael Essien (Chelsea) ou Mahamadou Diarra (Real Madrid) en 2005 et 2006. Les deux joueurs avaient fait des pieds et des mains pour quitter Lyon. Le bras de fer s'était à chaque fois éternisé et l'Olympique Lyonnais avait fini par "craquer" devant l'insistance de ses joueurs et des clubs demandeurs. Mais en sauvant la face car Lyon y avait trouvé un intérêt financier conséquent. Gageons que l'épilogue de ce qui n'est pas encore "l'affaire Abidal" devrait être proche de ces célèbres précédents.

_________________
Le professionel du cyclisme


Dernière édition par le Mer 05 Sep 2007, 08:46, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
sebastien0106
Administrateur
avatar

Masculin
Nombre de messages : 679
Age : 24
Localisation : Mionnay
Emploi : Collégien
Loisirs : Cyclisme, Motocross
Date d'inscription : 27/04/2007

MessageSujet: Ligue 1: Actualité   Mar 26 Juin 2007, 18:02

C'est la rentrée !

Onze clubs sur les vingt que comptera la Ligue 1 édition 2007/2008, ont repris le chemin de l'entraînement lundi, souvent en effectif réduit. Derniers à entrer en piste, les champions de France lyonnais se remettront à l'ouvrage lundi prochain. Le point sur la reprise.

Les vacances sont déjà terminées... Bien sûr, les cartables ne vont pas être de sortie mais les professionnels du ballon rond retrouvent déjà les pelouses vertes. Un peu moins d'un mois après la fin du championnat, tout le monde (sauf plusieurs internationaux) est sur le pont pour transpirer afin de préparer au mieux la nouvelle saison qui se profile. "La reprise, c'est l'apéritif avant le plat de résistance qu'est le stage de préparation", a affirmé Bruno Cheyrou de retour à l'entraînement à Rennes lundi.

Le Breton sait de quoi il parle. Après une prise de contact rapide, la majorité des équipes partira en stage. Et les cadres idylliques sont à la mode : la montagne (Aix-les-Bains, Alpe-d'Huez, Samoens, Combloux, Luchon Chatel, Albertville, Vittel, Munster), mais aussi la mer (Touquet, Cap Breton, Pornic...) font le plein. Mais pas question de se reposer pourtant : "C'est la période la plus difficile de la saison. On est souvent parti sans la famille. Ce n'est pas le moment le plus agréable mais c'est le plus important. Il faut en passer par là pour être bien physiquement", poursuit Bruno Cheyrou. Car après suivent les traditionnels matches amicaux.

Guy Roux en vedette

Si les équipes n'ont pas leur effectif au complet (période des transferts oblige), cette reprise s'ouvre sous le signe de la nouveauté. Avec comme attraction principale : Guy Roux. Pour la première fois depuis 46 ans, la légende d'Auxerre foulera la pelouse sans le survêtement de l'AJA sur le dos. Après deux ans de retraite, l'ancien coach icaunais, doyen des entraîneurs français (68 ans), va découvrir la joie d'être en Sang et Or. Histoire de donner le ton, sa première décision a été d'avancer le retour de ses protégés de deux jours. Sa première séance, ouverte au public, a permis aux spectateurs d'apprécier son travail mais aussi les qualités de Kanga Akalé ou encore de Julien Sablé, les nouvelles têtes.

Guy Roux ne sera pas le seul à découvrir les joies de prendre les rênes d'une nouvelle équipe. Rudi Garcia au Mans, Frédéric Hantz à Sochaux et Jean-Marc Furlan à Strasbourg ont pris la température dès lundi matin. Alors que Ricardo sur le Rocher et surtout Laurent Blanc à Bordeaux feront le grand saut mardi 26 juin. Autre reprise sous les feux des projecteurs : Marseille. Le club olympien, qui signe son retour en Ligue des Champions, est très attendu et les nouveaux arrivants (Vincent Gragnic, Jacques Faty, Benoît Cheyrou, Gaël Givet et Laurent Bonnart) seront très regardés. En attendant les autres...

Les promus ne sont pas en reste. Caen, Metz, Strasbourg n'entendent pas faire l'ascenseur lors de la prochaine saison. Conclusion, les trois anciens pensionnaires de Ligue 2 vont mettre les bouchées doubles et retrouvent les pelouses dès lundi. De son côté, Lyon, le sextuple champion de France qui compte une dizaine d'internationaux, reprendra en bon dernier le 2 juillet. Avec Alain Perrin à sa tête...

_________________
Le professionel du cyclisme
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
sebastien0106
Administrateur
avatar

Masculin
Nombre de messages : 679
Age : 24
Localisation : Mionnay
Emploi : Collégien
Loisirs : Cyclisme, Motocross
Date d'inscription : 27/04/2007

MessageSujet: Actualité   Mar 03 Juil 2007, 15:48

Où en est Lyon ?

Alors que l'OL reprend l'entraînement lundi, le champion de France semble loin de présenter son visage définitif. C'est en tout cas souhaitable pour des Lyonnais qui ont perdu Tiago, Abidal et bientôt Malouda. Les renforts enregistrés ou annoncés ne paraissent pas de nature à combler les vides.

On ne va pas aller jusqu'à s'inquiéter pour l'Olympique Lyonnais. Sextuple champion de France en titre et fort d'une conséquente avance sur ses dix-neuf adversaires hexagonaux, le club rhodanien est aujourd'hui le mieux placé pour se succéder à lui-même sur la première marche du podium national. Pour autant, près de cinq mois après la désillusion européenne liée à l'élimination du club en huitièmes de finale de la Ligue des Champions, l'OL suscite des questions. A l'heure qu'il est, le club dirigé de main de maître et de fer par Jean-Michel Aulas ne semble, sur le papier, pas aussi fort qu'en début de saison dernière. Le marché des transferts a fait son oeuvre et, après Eric Abidal qui a filé vendredi au FC Barcelone, Florent Malouda va lui emboîter le pas. Le milieu de terrain gauche international ne se voit "pas reprendre avec Lyon" et devrait s'engager avec Chelsea, qui est sur le point de laisser filer Arjen Robben au Real Madrid.

Ces départs de taille, de deux hommes qui faisaient la force du côté gauche rhodanien, s'ajoutent à ceux de Claudio Caçapa et de Tiago (Juventus Turin). Dans la colonne "arrivées", on note les noms de Kader Keita, Mathieu Bodmer (Lille) et enfin de Nadir Belhadj (Sedan). Les Parisiens Jérôme Rothen et Sylvain Armand pourraient bientôt débarquer du côté de Tola Vologe pour redonner de l'allure à l'aile gauche du sextuple champion de France. Le second nommé aurait d'ailleurs déjà trouvé un accord avec le club de JMA (ndlr : contrat de quatre ans). Si ces deux joueurs seraient des renforts de poids, difficile de voir en eux des hommes susceptibles de faire passer un cap à l'OL. Armand-Rothen contre Malouda-Abidal : il est loin d'être certain que la première paire soit meilleure que la seconde.

Pour autant, les ventes de Tiago, Abidal et bientôt Malouda ont un avantage de taille : l'Olympique Lyonnais va récupérer - après la cession de Florent Malouda - autour de 50 millions, auxquels pourraient s'agréger la vente d'Alou Diarra, qui souhaite partir. De quoi voir venir. Même si Lyon a dépensé 24,5 millions d'euros pour la doublette Bodmer-Keita, les caisses sont pleines et Lyon n'en a peut-être pas fini. C'est en tout cas souhaitable. En effet, si l'effectif actuel de l'OL, dirigé cette saison par Alain Perrin, est taillé pour le Championnat de France, celui-ci semble pour le moment juste pour les joutes européennes et la demi-finale de C1 tant espérée par Jean-Michel Aulas.

Besoin de sang neuf

Sans se tromper, on peut donc imaginer que l'Olympique Lyonnais n'a pas terminé son recrutement estival alors que le club reprend l'entraînement lundi. Même si Jean-Michel Aulas assurait à l'occasion des signatures de Bodmer et Keita qu'un "dernier joueur" allait arriver, l'été devrait être un peu plus agité sur les bords du Rhône. L'OL en a besoin. Et pas seulement pour des raisons purement sportives. On l'a vu lors de la deuxième partie de la saison, Lyon a semblé s'essouffler et terminé la saison éreinté physiquement. Et surtout psychologiquement. Fait inhabituel : des tensions sont apparues dans le vestiaire (Houllier, Wiltord,...) et même après la 38e journée de Ligue 1. Sidney Govou, membre éminent du club, n'a-t-il pas déversé ses états d'âmes dans Lyon Mag ? Expliquant, entre autres, que "le club a eu du mal à gérer les ego. D'où plusieurs problèmes relationnels dans l'équipe. Et le plus important concerne le rôle de Juninho."

L'international français a eu beau jeu de démentir les propos qui lui ont été attribués par le magazine local. Il n'en reste pas moins que le capitaine brésilien de Lyon a fort peu goûté aux attaques de son coéquipier et lui a répondu par presse interposée en lui assénant une petite pique : "On ne devient pas un joueur important par hasard." A force de vivre ensemble, en viendrait-on à se détester ? Sans aller jusque-là, cet échange peu cordial est une preuve que Lyon a besoin de sang neuf. Que le club a besoin de nouvelles forces vives pour faire bouger les lignes et changer les équilibres. L'Olympique Lyonnais n'en sortira pas perdant. N'en déplaise à certains, le club rhodanien n'a pas progressé la saison dernière. Et si l'on en croit l'adage "qui n'avance pas recule", Lyon serait bien inspiré de prendre son destin en main.

_________________
Le professionel du cyclisme
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
sebastien0106
Administrateur
avatar

Masculin
Nombre de messages : 679
Age : 24
Localisation : Mionnay
Emploi : Collégien
Loisirs : Cyclisme, Motocross
Date d'inscription : 27/04/2007

MessageSujet: Actualité   Mar 03 Juil 2007, 15:50

Wiltord pris de vitesse

Sylvain Wiltord a été interpellé lundi matin par la police au centre d'entraînement de l'OL avant d'être relâché. L'attaquant lyonnais, convoité par l'OM, est reparti à bord d'un véhicule banalisé. Il était entendu dans le cadre d'une infraction routière pour excès de vitesse.

Après des ruptures tumultueuses avec Rennes, Bordeaux puis Arsenal, le départ de Sylvain Wiltord de Lyon pourrait être encore plus mouvementé. Car la reprise de l'entraînement a été particulièrement agitée lundi matin à Tola Vologe. Quatre fonctionnaires de police, accompagnés du directeur administratif Marino Faccioli, sont ainsi entrés dans le vestiaire lyonnais à 10h30 et en sont repartis par Sylvain Wiltord. L'attaquant a ensuite été emmené au poste à bord d'une voiture banalisée.

Excès de vitesse

Le joueur était entendu dans le cadre d'une infraction routière avant d'être relâché. Convoqué à trois reprises pour excès de vitesse, il ne se serait jamais présenté. Il y a quelques mois, il aurait en effet été contrôlé à 135 km/h sur une portion de route limitée à 50. Selon une première version, Wiltord aurait été au centre d'une affaire de trafic de drogue, essentiellement de la cocaïne, démantelé mi-juin à la suite d'un coup de filet dans le milieu de la nuit stéphanoise.

Quoi qu'il en soit, l'ancien Bordelais n'en est pas à son premier écart de conduite. Connu pour sa vie nocturne, il avait déjà été mis à l'écart du groupe pour un déplacement à Paris suite à ses frasques dans une chambre d'hôtel pendant le rassemblement de l'équipe. Après trois ans passés au sein du club rhodanien, ce nouvel épisode pourrait bien signifier la fin de son aventure lyonnaise. Le PSG, Rennes et dernièrement l'OM s'étaient déjà montrés intéressés par ses services. A moins que cet incident ne les décourage...

_________________
Le professionel du cyclisme
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
sebastien0106
Administrateur
avatar

Masculin
Nombre de messages : 679
Age : 24
Localisation : Mionnay
Emploi : Collégien
Loisirs : Cyclisme, Motocross
Date d'inscription : 27/04/2007

MessageSujet: Ligue 1: Actualité   Sam 04 Aoû 2007, 11:15

Ben Arfa : "Je veux réussir"

Après le départ de Florent Malouda, Hatem Ben Arfa sera attendu cette saison à Lyon. Pourtant, il ne ressent pas de pression. De la même génération que Nasri ou Benzema, il affirme ne pas avoir perdu son temps à l'OL. Aujourd'hui, il est prêt à s'imposer et gagner le titre.

HATEM BEN ARFA, la saison a déjà repris pour Lyon avec la Peace Cup et la Trophée des Champions...

H.B.A. : Oui, ça commence bien. C'est important de bien débuter une saison. On a remporté la Peace Cup et le Trophée des Champions. C'est de bon augure pour la suite. Ça apporte de la confiance. Maintenant, on va essayer d'enchaîner face à Auxerre ce week-end pour essayer de faire en sorte de remporter toutes nos premières.

Comme Cris, pensez-vous que le succès de Lyon commence à énerver ?

H.B.A. : Quand une équipe gagne beaucoup dans un championnat, il y a forcement une forme de jalousie qui s'installe. Ou en tout cas l'envie de faire pareil. C'est normal, c'est humain. Tous les clubs voudraient faire comme nous. Mais, de notre côté, on enchaîne et on espère continuer cette année.

On a également parlé de fin de cycle...

H.B.A. : Une fin de cycle, peut-être. Mais je ne le pense pas car les mêmes hommes sont toujours en place. Cela dit, c'est vrai qu'il y a de nouveaux joueurs. En plus, le système a également changé. Mais, plus qu'une fin de cycle, je crois que c'est surtout un nouveau Lyon qui apparaît aujourd'hui.

Pour les acteurs de la L1, le championnat s'annonce plus serré cette saison. Est-ce également votre avis ?

H.B.A. : Oui. Il y a eu de bons recrutements dans les autres clubs. Marseille va être bien. Je pense que Lens sera aussi une bonne équipe, comme Lens, Bordeaux ou le PSG. Ce sera difficile contre eux. Donc le championnat risque d'être plus relevé... mais tant mieux ! Un duel Lyon-Marseille ? C'est possible. Mais il faut faire attention avec ça. La saison peut aller très vite dans un sens comme dans l'autre pour les deux équipes. Moi, je n'ai pas trop envie de me prononcer par rapport à ça mais ça pourrait être le cas.

Néanmoins, Lyon sera-t-il toujours le grand favori ?

H.B.A. : Les gens nous mettront toujours favoris. Et je pense effectivement que l'on sera encore parmi les favoris. Les autres ne parlent pas du titre car ils ont l'habitude que ce soit Lyon et, surtout, ils ne veulent pas se mettre de pression inutile. Ce qui est sûr, c'est nous on jouera pour le titre. Mais il faudra faire attention. De toute façon, lorsque l'on gagne le titre, c'est toujours plus difficile de récidiver. C'est pour ça que l'on doit également progresser de notre côté pour élever notre niveau, comme tout le monde en fait.

Vous serez également attendu en Ligue des Champions. Est-ce l'un des objectifs fixés par le club ?

H.B.A. : Ça fait quelques saisons que Lyon est attendu sur ce terrain. On va essayer de faire le mieux possible et pourquoi pas déjà passer le cap des quarts de finale. Et après, on ne sait pas jusqu'où on peut aller. C'est sûr que l'un des objectifs du club cette saison sera d'aller plus loin en Ligue des Champions. Il faut être ambitieux. C'est la seule chose qui manque au club aujourd'hui. Mais il y a aussi la Coupe de France ou la Coupe de la Ligue qui sont également des compétitions sympas à remporter. De toute façon, on a un effectif suffisamment important pour pouvoir jouer sur tous les tableaux.

Que pensez-vous du recrutement de l'OL ? Pour certains, les recrues n'ont pas le niveau des joueurs qui sont partis cet été (Abidal, Malouda ou Tiago, ndlr)...

H.B.A. : C'est un bon recrutement. Des joueurs comme Kader Keita, Mathieu Bodmer ou Nadir Belhadj vont nous faire du bien. En plus, je pense qu'ils progresseront également ici à Lyon. Vous savez, quand les joueurs qui viennent de partir sont arrivés à Lyon, je ne sais pas s'ils avaient le même niveau. Ce que je sais, c'est que les nouveaux joueurs ont aussi un très bon niveau. Ensuite, cela dépend du profil de chacun. Chacun va apporter ses qualités. Les anciens sont partis. Maintenant c'est aux nouveaux d'apporter leur touche.

Le grand changement, c'est aussi l'arrivée d'Alain Perrin à la place de Gérard Houllier. Que va-t-il vous apporter ?

H.B.A. : Un changement de coach, ça apporte toujours de la nouveauté dans la façon de faire et de s'entraîner. Mais Gérard Houllier avait fait du très bon travail. Alain Perrin va continuer dans ce sens pour essayer de nous faire progresser. En tout cas, ça ne peut être que positif d'apporter du changement. Je pense que le nouveau coach nous fera progresser, que ce soit tactiquement ou au niveau mental.

Et il semble vous avoir confié le couloir gauche. C'est une preuve de confiance ?

H.B.A. : De toute façon, j'ai toujours travaillé pour ça. Je suis ambitieux. J'ai envie de jouer cette année. Mais il faut que je continuer de travailler pour élever mon niveau. Je sais qu'il faut encore que j'apporte de la valeur ajoutée à mon jeu. Je dois m'améliorer dans le jeu. Mais mon objectif, c'est de jouer et de m'imposer.

A titre personnel, est-ce que cela peut être votre saison ?

H.B.A. : Moi, je ne dis pas que ce sera la saison d'un joueur ou d'un autre. Tout ce que je sais, c'est que j'ai l'ambition de jouer. Je joue, je me fais plaisir et ce qui doit arriver arrivera. Je ne veux rien avoir à me reprocher. Mais j'ai confiance. Je la sens bien cette année.

Vous devrez tout de même faire oublier Florent Malouda. Ça n'est pas rien...

H.B.A. : Je n'ai aucune pression. La pression, ce sont les gens qui me la mettent. Mais moi je ne ressens pas de pression supplémentaire. Flo avait son jeu, moi j'ai le mien. J'aime mieux évoluer derrière l'attaquant. Sinon, milieu à gauche ou à droite. Mais cette saison, je ne sais pas encore. J'en parle avec le coach et il sait très bien m'utiliser. Je jouerai là où il a besoin de moi. Ce que je vise, c'est le plaisir avant tout et essayer de faire gagner l'équipe. C'est tout.

L'image du grand espoir du football français qui vous suit depuis votre plus jeune âge n'a-t-elle pas été trop lourde à porter ?

H.B.A. : Au départ, c'était un peu difficile. Mais pas par la suite. J'ai rapidement pris le truc et j'ai travaillé en professionnel. C'est fini tout ça. Ce sont les gens qui vous collent cette étiquette mais, intérieurement, il n'y a jamais rien eu de tout ça. En tout cas, je n'ai jamais douté. Je me suis remis en question sur le plan du jeu. J'ai travaillé pour avoir davantage d'abnégation et de rigueur dans mon jeu. Mais je n'ai pas douté.

Vous n'avez jamais voulu quitter Lyon ? Vous deviez vous impatienter de ne pas jouer davantage, non ?

H.B.A. : Au départ. Mais l'impatience est un gros défaut. Donc j'ai réussi à gommer ça petit à petit. J'ai patienté et maintenant j'ai l'ambition de jouer cette année. Si jamais on ne fait pas confiance cette année, j'envisagerai peut-être de partir mais jusque là je n'y ai jamais pensé. J'ai eu des contacts en France et à l'étranger mais ça n'était pas du tout mon objectif de partir. Aujourd'hui, le coach et le club me font confiance. Donc pourquoi partir si je suis dans un bon club ? Pourquoi je ne trouverais pas du temps de jeu ici ?

Vous faites partie de la même génération que Karim Benzema ou Samir Nasri. Avez-vous l'impression d'avoir pris du retard par rapport à eux ?

H.B.A. : Non, il n'y a pas de retard. Cette année, je vais tout donner et puis c'est tout. Je n'ai pas à rattraper le temps perdu. Mon seul objectif, c'est de jouer. Moi, je vis avec le présent. Le passé, c'est fini. On ne va plus en parler. Il faut des étapes pour grandir et progresser. Pour moi, ce n'est pas du temps perdu. C'est du temps qui m'a permis de progresser. Etre à Lyon, ça m'a fait progresser. Je n'attends pas quelqu'un ou quelque chose pour exploser. Depuis que je suis jeune, je joue au foot pour réussir. C'est sûr que ça fait plaisir de les voir monter en puissance comme ça, d'autant plus que j'ai joué avec eux. Mais réussir a toujours été mon envie.

Comme eux, rêvez-vous de l'équipe de France ?

H.B.A. : Non, non, pas du tout. Je pense d'abord à mon club et ensuite on verra.

_________________
Le professionel du cyclisme
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
sebastien0106
Administrateur
avatar

Masculin
Nombre de messages : 679
Age : 24
Localisation : Mionnay
Emploi : Collégien
Loisirs : Cyclisme, Motocross
Date d'inscription : 27/04/2007

MessageSujet: Ligue 1: Actualité   Sam 04 Aoû 2007, 11:22

La L1 vote Lyon

C'est devenu une habitude : En grande majorité, la Ligue 1 voit l'Olympique Lyonnais se succéder à lui-même en 2007/2008. Pour autant, beaucoup pensent que l'OL aura plus de mal à aller chercher son Graal. Certains vont tout de même jusqu'à mettre l'étiquette de favori sur le dos de l'OM.

BENJAMIN NIVET (CAEN)

Je vois encore Lyon premier. Peut-être moins facilement que l'année dernière. Je pense qu'ils seront champions et je vois Marseille les titiller derrière.

STEPHANE CASSARD (STRASBOURG)

Les favoris sont toujours les mêmes. Cela dit, je trouve que Marseille a fait un très bon recrutement. Lyon sera toujours présent mais je pense que le championnat sera plus serré que les saisons précédentes. En tout cas, je l'espère pour l'intérêt du championnat de France.

JULIEN CARDY (METZ)

Compte tenu des bouleversements ces dernières semaines et les différents recrutements, je pense que Marseille va constituer une très belle équipe. Pourquoi ne pas revoir Marseille sur le devant de la scène...

CHRISTIAN GOURCUFF (LORIENT)

C'est difficile. A la lumière de l'année passée où la hiérarchie n'a pas été très clairement établie. Je ne suis pas sûr que la hiérarchie des valeurs corresponde au classement final. Je suis d'ailleurs sûr du contraire. En plus, les interrogations sur Lyon s'ajoutent à celles de la saison dernière. L'OL a été très secoué cet été. Il a trop de zones d'ombre pour que je me prononce.

GREGORY PUJOL (VALENCIENNES)

En haut, je pense que Lyon ne sera pas très loin d'accrocher un titre. Après, il y a pas mal d'équipes de qualité entre Marseille, Bordeaux et Monaco. Il y a ce qu'il faut pour semer le trouble. L'OL n'aura peut-être pas une telle marge. Le championnat sera plus serré.

HUGO LLORIS (NICE)

Mes trois premiers ? Lyon, Marseille et... Monaco qui ne me semble pas mal.

MICKAEL LANDREAU (PSG)

Je vais dire Lyon, comme ça je suis tranquille !

STEPHANE SESSEGNON (LE MANS)

Je ne vais pas dire Lyon. Ils sont champions depuis six fois. Et je ne les vois pas être sacré une septième fois. Je n'ai pas d'équipe en tête. Marseille a bien recruté et a des ambitions. Mais certains clubs comme Paris ou Monaco, qui n'ont pas brillé cette saison peuvent réaliser un coup.

BENJAMIN GAVANON (NANCY)

Lyon est encore un peu en avance sur les autres clubs. Je reste supporter de Marseille (où il a joué de 2000 à janvier 2003, ndlr) mais à chaque fois que je cite l'OM, c'est Lyon qui termine champion alors je change un petit peu pour être original (Rires) ! Mais, si l'OM ne fait pas n'importe quoi, je pense qu'ils ne seront pas loi.

JEAN II MAKOUN (LILLE)

Moi, je mettrai encore Lyon en favori car ils sont vraiment costaud. Même s'il y a eu pas de changements, j'espère que les nouveaux se mettront vite à niveau et retrouveront le grand collectif lyonnais. Mais, derrière, je vois bien Marseille. Bon, c'est vrai que je suis supporter de l'OM donc... (Rires) En tout cas, je souhaite qu'il y ait des surprises. Saint-Etienne a bien recruté. Il y a aussi Rennes, Lens, Paris et Sochaux, qui n'était pas trop mal la saison dernière. J'espère que certaines équipes vont relever la tête et aller titiller les gros. Mais le championnat sera plus serré.

JEAN FERNANDEZ (AUXERRE)

J'ai vu tous les matches des Lyonnais de la Coupe de la Paix en Corée et contre Sochaux au trophée des Champions. Je peux dire que Lyon sera encore champion. C'est vrai que débuter à Lyon, il n'y a pas de terrain plus difficile.

FREDERIC PIQUIONNE (MONACO)

Il y a le PSG, Marseille, Lyon, nous, Bordeaux, Lens. Toujours les mêmes équipes. Mais j'espère que cette saison, ce serait un peu plus disputé que d'habitude. Si je devais pronostiquer sur un champion, je dirais Marseille. Ils ont une très bonne équipe sur le papier mais il faut voir sur la saison.

JEREMIE JANOT (SAINT-ETIENNE)

Je n'ai pas de pronostic.

YOHAN DEMONT (LENS)

Je vois bien Marseille et Lyon devant, même si je n"ai pas trop suivi leur recrutement. J"espère bien que Lens sera aussi sur le podium. Je ne suis pas sûr, en revanche, que Lyon domine autant la compétition que la saison dernière. Mais auparavant, on a un match retour d"Intertoto. Nous sommes engagés dans quatre compétitions et nous voulons aller le plus loin possible dans chacune d"entre elles. (La Voix des Sports)

LAURENT BLANC (BORDEAUX)

Je ne vais pas être très original. J'aurais aimé l'être mais bon... Ou je vous donne trois réponses farfelues et je vais paraitre fantaisiste, ou je suis réaliste et je vous dit que je crois qu'il y aura l'Olympique Lyonnais dans les trois premières places.

JEREMIE BRECHET (SOCHAUX)

Je vois Lyon bien sûr. Je pense que l'Olympique Lyonnais sera moins impressionnant que l'an passé mais tout aussi efficace. Je vois bien Paris lutter avec Lyon. Avec Camara, ils seront vraiment compétitifs. Zoumana, c'est assurance tous risques. Je pense que Paris sera un gros morceau avec Lyon.

JIMMY BRIAND (RENNES)

Tous les clubs se sont bien renforcés donc je crois que la saison sera un plus serrée que d'habitude. Mais Lyon a toujours l'avantage. A eux de le défendre jusqu'au bout. Cela dit, je vois plusieurs clubs capables de venir les embêter. Ils devront faire attention à des équipes comme Marseille, Lens ou même Paris qui peuvent les inquiéter. Et s'il y a une surprise, on essaiera de faire en sorte qu'elle vienne de Bretagne (Rires) !

NICOLAS DOUCHEZ (TOULOUSE)

Chaque année, je me demande si Lyon va tenir encore le coup. Ils ont encore frappé fort en remportant le Trophée des Champions. Lyon fait partie des favoris, mais Marseille et d'autres gros clubs vont sûrement être à l'affût. A mon avis, ça risque d'être plus difficile que la saison dernière pour Lyon.

HATEM BEN ARFA (LYON)

Les gens nous mettront toujours favoris. Et je pense effectivement que l'on sera encore parmi les favoris. Les autres ne parlent pas du titre car ils ne veulent pas se mettre de pression inutile. Ce qui est sûr, c'est nous on jouera pour le titre. Mais il faudra faire attention. Il y a eu de bons recrutements dans les autres clubs. Marseille va être bien. Je pense que Lens sera aussi une bonne équipe, comme Lens, Bordeaux ou le PSG. Ce sera difficile contre eux. Donc le championnat risque d'être plus relevé... mais tant mieux ! Un duel Lyon-Marseille ? C'est possible.

_________________
Le professionel du cyclisme
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
sebastien0106
Administrateur
avatar

Masculin
Nombre de messages : 679
Age : 24
Localisation : Mionnay
Emploi : Collégien
Loisirs : Cyclisme, Motocross
Date d'inscription : 27/04/2007

MessageSujet: Ligue 1: Actualité   Mer 08 Aoû 2007, 11:12

Coupet, le coup dur

Victime d'une rupture du ligament latéral interne du genou gauche, Grégory Coupet (Olympique Lyonnais) sera absent lors des quatre prochains mois. Le portier de l'équipe de France s'est blessé jeudi matin à l'entraînement sur une mauvaise réception.

"Cela semble assez grave, la torsion a été assez forte et le ligament interne pourrait avoir été touché." L'analyse à chaud est signée Jean-Jacques Amprino. Le médecin de l'Olympique Lyonnais, avait vu juste puisque Grégory Coupet (34 ans) est out pour les quatre prochains mois. Le gardien titulaire de l'équipe de France est victime, selon le site officiel de l'OL, d'une "rupture du ligament latéral interne du genou gauche, avec petite atteinte du croisé postérieur et une instabilité du ménisque." Le portier s'est blessé ce jeudi matin à l'entraînement lors d'un exercice dirigé par Joël Bats en manquant l'une de ses réceptions. Le joueur a alors dû quitter prématurément ses coéquipiers et a ensuite passé l'IRM qui a révélé l'ampleur de sa blessure. Il sera opéré lundi à l'hôpital Lyon-Sud par le Professeur Bernard Moyen.

"Je me fais opérer lundi et tout ira bien. En raison des filets des cages qui ne sont pas tendus, sur un travail de lob avec un recul arrière, ma jambe droite s'est bloquée dans les filets" , explique-t-il sur le site du club. "Lorsque ma jambe gauche a voulu reprendre appui, elle s'est dérobée et s'est retrouvée complètement à l'équerre. Cela a bien pété mais par rapport à la figure imposée que j'ai faite, je m'en sors bien". Malgré la gravité de la blessure, Coupet préfère donc relativiser. "Ce n'est pas la fin du monde, ajoute-t-il. Le principal maintenant, c'est l'équipe dimanche, c'est la suite car il y aura des questions pour savoir qui ils vont faire venir. Maintenant, il faut être à fond derrière Rémy (Vercoutre)."

"Ce n'est pas la fin du monde"

Pour remplacer Grégory Coupet dès dimanche face à Auxerre, Alain Perrin fera en effet appel à Rémy Vercoutre. Avant même de connaitre l'ampleur des dégâts, l'habituelle doublure de Coupet avait assuré ne pas se "poser de questions. Je vais continuer le travail en m"appuyant sur tout le boulot effectué avec Jöel Bats. Ensuite, on verra. Mon expérience passée doit me servir, m"aider. Je souhaite que tout aille bien pour le groupe." Un temps évoqué à Lyon, le nom de Charles Itandje (Lens) pourrait resurgir alors que le club aura dès septembre des écheances européennes à honorer. Le portier du Racing, qui recherche actuellement un point de chute, pourrait être un intérimaire de choix pour Lyon. Mais l'OL n'en est pas là.

En attendant, le coup est rude pour Grégory Coupet. Le gardien devra rester au repos durant deux mois et respecter une période de deux autres mois dits de reprise. A bientôt 35 ans et 417 matches de Ligue 1 au compteur, le gardien de but connait la blessure la plus grave de sa carrière. A cet âge, on sait qu'un arrêt aussi long laisse plus de traces qu'à vingt ans. Le vice-champion du monde devra redoubler d'efforts et de travail pour revenir à son meilleur niveau au début du mois de décembre. D'ici là, l'équipe de France en aura terminé avec les éliminatoires de l'Euro 2008 avec, probablement, Mickaël Landreau dans les buts tricolores. Si les Bleus sont qualifiés pour la compétition reine de l'été 2008, Grégory Coupet aura alors quelques mois pour reprendre son envol.

_________________
Le professionel du cyclisme
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
sebastien0106
Administrateur
avatar

Masculin
Nombre de messages : 679
Age : 24
Localisation : Mionnay
Emploi : Collégien
Loisirs : Cyclisme, Motocross
Date d'inscription : 27/04/2007

MessageSujet: Ligue 1: Actualité   Mer 08 Aoû 2007, 11:14

Lyon connaît la chanson

Au terme d'un match plein, Lyon domine Auxerre à domicile pour le compte de la 1ère journée de L1 (2-0). Parfaitement réglée, enthousiaste sur le plan offensif, la formation rhodanienne n'a fait qu'une bouchée de timides Bourguignons. L'OL fait déjà forte impression.

LYON - AUXERRE : 2-0
Buts : Baros (33e) et Benzema (69e)


Le Trophée des Champions l'avait laissé présager. Ce que tout le monde craignait, après la belle prestation lyonnaise face à Sochaux (2-1), ce que les dix-neuf autres équipes de L1 matérialisaient dans leurs cauchemars les plus fous, vient pourtant d'être confirmé. Lyon est déjà là, présent au rendez-vous, prompt à écraser probablement une septième fois le championnat hexagonal de son empreinte. Première victime sur sa liste : Auxerre (2-0).

Et au vu de la ballade lyonnaise à Gerland face aux joueurs de Jean Fernandez, la concurrence peut nourrir de réels motifs d'inquiétude. Certains pourront toujours affirmer qu'il ne s'agit après tout que de la première journée mais ils auraient bien tort de minimiser la copie rendue par l'OL dimanche. Enfin en mesure, après six saisons consécutives, d'ouvrir le bal à la maison, Lyon n'a pas manqué sa séance de retrouvailles avec son public, la deuxième finalement après celle réussie lors du trophée d'avant-saison. Très largement remaniée à l'intersaison, la machine à gagner du Président Aulas a peut-être un nouveau visage mais toujours la même envie : celle de gagner des matches. Un état d'esprit symbolisé notamment par une tête rageuse de Cris (35e) alors que deux minutes auparavant, Baros, plein de sang-froid, donnait l'avantage aux siens d'une merveille de balle piquée (33e, 1-0). Définitivement.

Le chef-d'oeuvre de Benzema

Oui, déjà. Le cours du match aurait pu être inversé, le suspense de la rencontre relancé, oui, ce genre de choses aurait pu arriver si seulement l'AJA l'avait bien voulu et s'était inspiré du moral de gagneur qui sévissait dans le camp d'en face. Pillée à l'intersaison, la formation de Jean Fernandez n'avait certes pas les mêmes armes que le sextuple champion de France. Mais à défaut de jouer dans la même cour que l'ogre lyonnais, la formation bourguignonne n'a jamais donné l'impression d'être dans le coup, ne serait-ce que dans l'état d'esprit. Une tête molle de Marcos Antonio (31e), un raté en fin de match de Niculae (90e), on en oublierait presque le poteau prometteur sur coup franc de Pedretti en début de partie (13e) ... Pas assez vaillant dans les duels, desservi notamment par un schéma tactique à une pointe (Maoulida), où chaque joueur offensif (Kahlenberg, Jelen, Lesage) se retrouvait systématiquement isolé ballon au pied, Auxerre a déçu. Et a surtout très certainement confirmé les craintes que la qualité de son effectif 2007-08 laissait supposer : la saison sera longue et dure en Bourgogne.

Finalement, dimanche à Gerland, il n'y a eu que des confirmations. Celle que Kader Keita, plus gros transfert de l'histoire de l'OL, a retrouvé les jambes qui l'avaient si bien porté les six premiers mois l'an passé à Lille. Que Grosso, enfin titulaire sous les couleurs lyonnaises, est un latéral décidément bien intéressant, avec notamment un gros volume de jeu. Enfin, que Benzema, aligné à la pointe de l'attaque, est parti pour réaliser une grosse saison. Toujours dans le coup, habile à faire jouer ses partenaires, ce dernier a profité d'un caviar de Govou consécutif à une bévue de Mignot pour gratifier Gerland de sa superbe frappe du gauche (69e, 2-0).

Pure, simple, nette et sans bavure. A l'image du match de son équipe, parfaitement en place et assez impressionnante compte tenu des interrogations qui pèsent sur la valeur réelle de son effectif. Même Juninho, entré en fin de partie, a failli y aller de son petit coup franc (76e). Lyon trop fort ? Encore un peu tôt pout le dire. En revanche, une chose est sûre : il faudra que les autres, eux, se montrent très costauds s'ils entendent contester l'hégémonie lyonnaise. Vous avez dit déjà-vu ?

LA DECLA : Alain Perrin (entraîneur de Lyon)

"C'est une bonne soirée au sens ou il n'y a pas eu de blessés, ça se calme de ce côté là. On a eu le résultat et la manière. On a eu pas mal d'occasions tout en concédant le minimum. J'ai bien aimé le comportement défensif de l'équipe, et on a bien contrôlé la situation. Il y a une qualité individuelle des joueurs qui permet de faire face même si on a des blessés; mais il y en a plusieurs qui reviennent dans l'effectif. On a une marge de progression dans les automatismes, c'est de bonne augure pour la suite. Il faudra voir comment ça se passe en déplacement. On aura un premier élément de réponse samedi à Toulouse".

_________________
Le professionel du cyclisme
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
sebastien0106
Administrateur
avatar

Masculin
Nombre de messages : 679
Age : 24
Localisation : Mionnay
Emploi : Collégien
Loisirs : Cyclisme, Motocross
Date d'inscription : 27/04/2007

MessageSujet: Ligue 1: Actualité   Mar 21 Aoû 2007, 18:11

Vahirua remet ça

Grâce à un nouveau doublé de Marama Vahirua, Lorient s'impose face à Lyon (2-1) lors de la 4e journée et signe un troisième succès consécutif. Après ses deux buts cette semaine à Paris, le Tahitien inflige à l'OL sa seconde défaite de rang. Les Merlus se retrouvent en tête de la Ligue1 avec Le Mans.

LORIENT - LYON : 2-1
Buts : Vahirua (14e, 65e ) pour Lorient ; Benzema (32e) pour Lyon


Lorient conquérant. Après deux succès convaincants face à Monaco et Paris, Lorient s'attaquait à l'ogre du championnat. Certes, les Merlus ont quelques certitudes avant d'affronter le sextuple champion de France mais la réalité du terrain est souvent différente. D'autant que Juninho, à nouveau capitaine, et ses partenaires ont toujours gagné au Stade du Moustoir en trois confrontations.

Mais cette saison, rien n'est facile pour Lyon. Entre les longues absences pour blessures, des joueurs qui ne veulent plus rester au club et le suspendu Kallstrom, l'OL ne se met pas particulièrement en confiance après l'ouverture splendide de score par Vahirua. Un centre anodin que repousse Grosso dans l'axe... et le Tahitien parfaitement équilibré exécute une reprise de volée du droit en ciseau d'une pureté incroyable (14e, 1-0). Et comme le sort s'acharne sur les hommes d'Alain Perrin, Ben Arfa pour une fois titulaire doit quitter ses partenaires après vingt minutes de jeu suite à un choc contre Marin. Mais son remplaçant Belhadj a le mérite d'être tout de suite dans le bain et de réveiller ses troupes.

La pagaie à la mode

Grosso trouve alors Benzema qui voit le ballon lui revenir avec beaucoup de chance suite à un tacle de Morel. Très clairvoyant, le jeune international ne rate pas son lob sur un Audard avancé pour offrir l'égalisation (1-1, 32e). Vexé, Lorient réagit dans la foulée avec Saïfi qui trouve de la tête la transversale de Vercoutre (35e). A la reprise, la question est de savoir si Lorient pourra tenir le coup physiquement alors que Lyon n'a pas joué cette semaine. Très intelligemment, les hommes de Christian Gourcuff laissent passer l'orage. Benzema loupe sa tête sur un corner de Juninho (54e).

Le réalisme n'est plus lyonnais mais lorientais. Après une action collective d'une dizaine de passes, Vahirua achève le travail sur un service de Marin, encore une fois intenable sur son côté droit (2-1, 65e). C'est le quatrième coup de pagaie cette semaine pour Marama. En pleine euphorie, les Merlus s'accrochent alors et conservent finalement ce troisième succès de rang qui les propulse en tête de la Ligue1 en compagnie du Mans. De son côté, Lyon perd pour la seconde fois de suite après Toulouse. A défaut de motivation, il leur faudra retrouver de la confiance avant le derby contre Saint-Etienne lors de la prochaine journée.

LA DECLA : Marama Vahirua (attaquant de Lorient)

"Ca me réussit pas mal en ce moment mais on ne va pas s'enflammer. On a battu l'OL et ça ne va pas arriver souvent cette année alors on profite. En ce moment on est bien et le mois d'aot va conditionner la suite de notre saison. On s'est tous donné à fond et on a eu la réussite. Sur le 1er but, je ne me suis pas posé de question et j'ai essayé de prendre le ballon comme je pouvais. Ca m'a souri..."

_________________
Le professionel du cyclisme
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
sebastien0106
Administrateur
avatar

Masculin
Nombre de messages : 679
Age : 24
Localisation : Mionnay
Emploi : Collégien
Loisirs : Cyclisme, Motocross
Date d'inscription : 27/04/2007

MessageSujet: Ligue 1: Actualité   Mar 21 Aoû 2007, 18:13

Vercoutre: "Une passe difficile"

Rémy Vercoutre reconnaît que Lyon traverse une mauvaise période après une deuxième défaite consécutive subie à Lorient (2-1). Si le gardien lyonnais estime que le terme de crise n'est pas approprié, il avoue en revanche que la situation de l'OL est "grave" avant le derby face à Saint-Etienne.

REMY VERCOUTRE, quel est votre sentiment après cette nouvelle défaite, la deuxième consécutive?

R.V : On est très déçu car on s'attendait à un meilleur résultat et on était venu à Lorient avec de bonnes intentions. Comme le coach nous l'a dit, on avait plus ou moins le match en mains et c'est dans ces moments qu'on se fait contrer. Sur le premier but, je ne vois pas partir le ballon et il est super bien repris. Le 2e, je contre la balle mais elle finit dedans. Vahirua a eu toute la réussite qu'il mérite. C'est à la fin qu'on se rend compte des dégâts"

Ce qui paraît inquiétant, c'est que personne n'a semblé en mesure de sonner la révolte et tirer le groupe vers le haut...

R.V : Qu'est-ce que vous voulez que je vous dise? On a tous essayé de faire ce qu'on pouvait avec nos moyens actuels. Collectivement, je n'ai pas eu l'impression que quelqu'un avait tenté de "faire zorro". Le moral n'est pas touché mais nous sommes dans une passe difficile comme on en a connu dans les saisons difficiles. L'an passé, c'était en janvier... La solution, je ne la connais pas. Si je l'avais, je la proposerais au coach.

Peut-on déjà parler de crise au sein du camp lyonnais?

R.V : Non, je ne crois pas. Ce mot, c'est beaucoup trop gros et beaucoup trop tôt. Mais il ne faut pas se cacher, c'est grave et on a les boules de perdre deux fois de suite. On va devoir travailler car on a déjà un gros match la semaine prochaine (derby contre Saint-Etienne, ndlr). On sera handicapé cette semaine car beaucoup d'internationaux vont nous quitter pour revenir jeudi. Mais on a l'habitude même si ça commence à faire beaucoup. On enchaîne les malheurs et c'est regrettable. D'un point de vue tactique nos solutions partent les unes avec les autres. Ca, ça atteint un peu le moral. Je n'aimerais pas être à la place de l'entraîneur dans ces moments....

_________________
Le professionel du cyclisme
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
sebastien0106
Administrateur
avatar

Masculin
Nombre de messages : 679
Age : 24
Localisation : Mionnay
Emploi : Collégien
Loisirs : Cyclisme, Motocross
Date d'inscription : 27/04/2007

MessageSujet: Ligue 1: Actualité   Lun 27 Aoû 2007, 17:08

Lyon en convalescence

En remportant le derby face à Siant-Etienne (1-0) après deux défaites consécutives en championnat, Lyon s'est rassuré. Loin d'être flamboyant dans le jeu, les sextuples champion de France ont assuré l'essentiel. Sans convaincre.

Lyon a gagné mais n'a pas convaincu. Nul doute que le derby n'a pas dissipé tous les doutes dans l'esprit des sextuples champions de France. Pour autant, après deux défaites consécutives, cette victoire sert avant tout à tranquilliser un effectif déjà sous pression. " Dans une période où c'est vrai nous avons besoin de nous rassurer, ce succès nous fait du bien", concédait Alain Perrin, le coach olympien à l'issue de la rencontre. Et pour refaire le plein de confiance, le technicien rhodanien a changé ses plans. Exit le 4-4-2, retour au 4-4-3 marque de fabrique de la suprématie lyonnaise ces dernières années. Objectif : revenir à des bases connues et assurer ses arrières en alignant un trident de choix à la récupération (Juninho, Toulalan, Kallström). "On n’a pas encaissé de but, c’est une très bonne chose. Après deux défaites d’affilée, il était important de bien repartir ; de plus lors d’un derby ", commentait Mathieu Bodmer, reconverti défenseur central.

Une animation offensive laborieuse

A défaut d'être flamboyant, l'OL a choisi d'être efficace. Mission accomplie. Alain Perrin insistait sur l'état d'esprit affiché par son équipe : "C'est une satisfaction de gagner le derby et de prendre les trois points, d'avoir pu montrer les qualités morales nécessaires pour gagner des matches, solidarité et combativité, face à une équipe de Saint-Etienne offensive. " De la pugnacité, de l'esprit de corps faute de justesse technique. Talon d'Achille du jeu lyonnais dimanche : l'animation offensive. Avec le départ de Malouda, l'attaque de l'OL a perdu en percussion. Abdelkader Keita, acheté à Lille pour 18 millions d'euros, a encore déçu. Combien de situations dangereuses avortées par son excès d'individualisme ? En multipliant les dribbles, l'Ivoirien perd en efficacité. Keita côté droit, Sydney Govou est contraint de s'adapter. Force est de constater que côté gauche, l'international français est bien moins saignant, inexistant offensivement dimanche face aux Verts.

Des individualités salvatrices

Si ces dernières saisons Lyon s'appuyait sur un collectif bien huilé, un bloc équipe efficace, une rapide projection vers l'avant, dimanche c'est grâce à ses individualités que l'OL s'est sorti du piège stéphanois. Un trio Benzema-Juninho-Toulalan étincelant. Pourtant esseulé, Karim Benzema, le jeune prodige lyonnais, a fait souffrir l'arrière-garde stéphanoise. Intenable, ses accélérations et sa justesse technique ont permis de sauvegarder les apparences. D'autant qu'il a démontré tout son opportunisme en inscrivant le seul but du match après une percée de Juninho. Le Brésilien est redevenu décisif. Par son jeu long mais aussi ses coups francs, le stratège lyonnais a retrouvé de son influence. Dernière valeur sûre, Jérémy Toulalan a colmaté toutes les brèches. Des interventions décisives, un nombre incalculable de ballons récupérés : l'ancien Nantais fut le meilleur joueur sur la pelouse.

Des talents donc au sein d'un collectif laborieux. Lucide, François Clerc résumait l'impression dégagé par Lyon : "Dans le jeu, ce ne fut pas une victoire flamboyante mais au niveau mental et comptable, elle est très, très, importante." Se relancer mentalement avant de s'améliorer dans le jeu. Lyon s'en contente pour l'instant mais, dans trois semaines, à l'heure d'aborder la Ligue des Champions, il en faudra sans doute un peu plus.

_________________
Le professionel du cyclisme
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
sebastien0106
Administrateur
avatar

Masculin
Nombre de messages : 679
Age : 24
Localisation : Mionnay
Emploi : Collégien
Loisirs : Cyclisme, Motocross
Date d'inscription : 27/04/2007

MessageSujet: Ligue 1: Actualité   Sam 01 Sep 2007, 18:17

Lyon de nouveau d'attaque

En s'imposant 2-1 à Bonal, les Lyonnais enfoncent Sochaux, avant-dernier du classement, mais enchaînent une deuxième victoire consécutive. La détermination et l'efficacité des Rhodaniens ont eu raison d'une défense doubiste encore bien trop fébrile à domicile.

SOCHAUX - LYON 1-2
Buts : Birsa (23e pen) pour Sochaux, Benzema (21e) et Bodmer (57e) pour Lyon.


Pour les deux équipes, la défaite semble interdite au coup d'envoi. Les Sochaliens, avant-derniers du classement, ne peuvent pas se permettre un nouveau revers à domicile après les corrections face au Mans et à Monaco (1-3 et 0-3). De plus, ils accueillent leur ancien coach Alain Perrin pour une revanche du trophée des champions (2-1 pour Lyon). Le technicien lyonnais et ses joueurs se sont offerts un peu de répit en remportant le derby face à Saint-Etienne mais peinent à trouver leurs marques. Les champions de France démarrent ainsi de nouveau en 4-3-3 avec Fabio Santos titulaire au milieu en l'absence de Juninho et avec Baros en pointe.

Aucun temps mort

Dès les premiers instants, le ballon circule vite vers l'avant et les occasions s'enchaînent. Pour Lyon, Benzema (4e) et Baros (13e) voient leur bonne reprise passer au-dessus de la cible. Les locaux ne sont pas en reste et Birsa oblige Bodmer à contrer de la tête sa lourde frappe du gauche (8e) avant de servir en retrait Erding qui tire trop fort (10e). Lorsqu'ils récupèrent le ballon, les Doubistes se jettent à l'assaut de la surface de Vercoutre. Les Rhodaniens, utilisant leurs qualités techniques, cherchent davantage à construire. Servi par une jolie transversale de Toulalan, Govou remet sur Réveillère qui frappe à l'angle droit de la surface sochalienne. Richert repousse mais Benzema suit et ouvre le score (0-1, 21e). Les Sochaliens n'ont pas le temps de douter, ils engagent et Erding accélère vers la surface lyonnaise. Dépassé, Bodmer retient l'attaquant par le maillot et M. Cailleux indique logiquement le point de penalty. Birsa transforme et Sochaux égalise (1-1, 23e). Le rythme s'élève encore. Les frappes se multiplient mais les Lyonnais butent sur Richert tandis que les Sochaliens manquent le cadre.

Après la pause, la rencontre repart sur le même tempo effréné. Cette fois, Birsa lâche une puissante et précise frappe du gauche mais Vercoutre détourne en corner (55e). Si les joueurs de Hantz ne profitent pas de leurs coups de pied arrêtés, les hommes de Perrin les utilisent mieux. Sur un nouveau corner joué à deux, Govou sert Kallström qui centre, Afolabi dégage mal et Bodmer se jette pour reprendre du pied et redonner l'avantage aux champions de France (1-2, 57e). Encore menés sur leur pelouse, les joueurs de Sochaux tentent en vain d'égaliser jusqu'à la dernière minute.

Les Lyonnais se replient en défense et conservent bien le ballon pour assurer leur premier succès à l'extérieur de la saison après deux défaites à Toulouse et Lorient. Solides et appliqués, les Gones confirment leur regain de forme. Si tout ne tourne pas encore parfaitement à Lyon, Alain Perrin préfère certainement sa place à celle de son successeur. Avec en effet trois défaites à Bonal, deux points et une avant-dernière place au classement, le bilan de Frédéric Hantz semble bien maigre.

LA DECLA : ALAIN PERRIN (entraîneur de Lyon)

"Cette victoire fait du bien. C'est une satisfaction. Il faut gagner à l'extérieur si on veut jouer les premiers rôles. Nous avons montré plus de choses dans le jeu même si on a souffert par moment et notamment en fin de match. En 1er période, nous avons montré de bonnes choses même si on a manqué de justesse dans le dernier geste. En début de seconde période, nous avons essayé de démarrer fort. Maintenant il faut confirmer chez nous contre le Mans des samedi."

_________________
Le professionel du cyclisme
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
sebastien0106
Administrateur
avatar

Masculin
Nombre de messages : 679
Age : 24
Localisation : Mionnay
Emploi : Collégien
Loisirs : Cyclisme, Motocross
Date d'inscription : 27/04/2007

MessageSujet: Ligue 1: Actualité   Sam 01 Sep 2007, 18:22

Juninho : "Difficile mais jouable"

Juninho estime que Lyon est tombé "dans un groupe très difficile mais jouable" en première phase de la Ligue des champions dont le tirage a été effectué jeudi à Monaco. Le capitaine espère que l'OL, qui affrontera Barcelone, Stuttgart et les Rangers, sera près pour aller loin.

JUNINHO, que pensez-vous de ce tirage au sort ?

J. : Franchement, c'est un groupe très difficile mais jouable, je pense. Il faut prendre du plaisir à disputer de tels matches. On fait souvent beaucoup d'efforts pour être simplement qualifiés pour la Ligue des champions et l'on a pas le droit de perdre d'avance même si il y a Barcelone. Derrière, bien sûr c'est très équilibré avec l'OL, Stuttgart et Rangers. Ce sera bien d'affronter des styles de jeu différents. La clé sera de gagner à Gerland.

Etait-ce un rêve ou une crainte d'affronter Barcelone ?

J. : Lorsque l'on est plus jeune, c'est toujours un rêve mais après c'est plutôt le plaisir d'affronter de telles équipes qui sont très proches de la perfection à chaque fois. Il y a de très bons joueurs à chaque poste mais la plus grosse qualité du FC Barcelone est d'avoir toujours envie de bien jouer au football avant de penser à défendre et commettre des fautes. Mais il n'y a pas que le Barça. Nous allons devoir jouer à Glasgow contre les Rangers dans un stade où l'ambiance sera particulière. Nous avions déjà affronté le Celtic il y a quelques années.

Qu'en est-il de l'état de l'OL actuellement ?

J. : Nous avons eu un début de saison moins régulier que les autres années. Il y a eu pas mal de changements dans notre équipe. Nous aurons du temps pour nous préparer. J'espère que nous allons faire une bonne première phase de Ligue des champions comme les saisons précédentes.

_________________
Le professionel du cyclisme
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
sebastien0106
Administrateur
avatar

Masculin
Nombre de messages : 679
Age : 24
Localisation : Mionnay
Emploi : Collégien
Loisirs : Cyclisme, Motocross
Date d'inscription : 27/04/2007

MessageSujet: Ligue 1: Actualité   Mer 05 Sep 2007, 08:45

Juninho : "Je monte en puissance"

Juninho, le stratège brésilien de l'OL, revient sur la belle semaine du sextuple champion de France. Auteur de deux passes décisives face au Mans (3-2), Juninho a retrouvé de son influence sur le jeu lyonnais. Son retour en forme coïncide avec celui de son club. Plus qu'un hasard.

JUNINHO, quel est votre sentiment après cette victoire difficile?

J. : Nous étions menés 2-0 mais nous avions dominé la première période avec des occasions. J'ai notamment eu une belle occasion moi-même (ballon sur le poteau, ndlr). Nous aurions pu marquer au moins une fois. Nous avions un corner en notre faveur et nous nous sommes fait contrer pour prendre nous-mêmes un but. Sur l'ensemble, je pense que nous avons gardé nos valeurs morales. C'est important pour réaliser une bonne saison. Ce match n'était pas moins bon que celui gagné à Sochaux ou contre Saint-Etienne.

Votre réaction est-elle encourageante ?

J. : Nous avons eu de bonnes séquences, concédé moins d'occasions qu'à Sochaux. Le résultat est logique car l'équipe qui a gagné est celle qui a joué vers l'avant. Mais si l'on avait joué contre un adversaire plus expérimenté menant 2-0, il aurait été plus dur de gagner. A Toulouse, nous avions pris un but tout à la fin après avoir touché le montant. Ce jour-là, la réussite n'était pas avec nous.

Vous restez tout de même sur trois victoires de rang...

J. : Je pense que l'équipe a progressé cette semaine. On ne prend pas neuf points en trois matches difficiles par hasard. Ce n'était pas de la chance mais plutôt la qualité de l'équipe. Cela va nous soulager. Il faut profiter de ces deux semaines de coupure pour préparer les prochains matches et notamment celui qui nous attend à Barcelone en Ligue des champions.

Certains joueurs semblent plus fébriles que par le passé. Qu'en pensez-vous ?

J. : Peut-être. Mais, s'il y a des erreurs individuelles, il faut essayer de gagner ensemble. Il y a eu aussi beaucoup de changements à l'intersaison et ensuite, nous avons perdu des joueurs importants avec les blessures de Grégory Coupet ou Cris, des garçons stabilisateurs en défense. Mais chacun fait beaucoup d'efforts à l'image de Mathieu Bodmer, venu à Lyon pour jouer milieu offensif et qui se retrouve défenseur central. Moi-même, je ne pourrais pas faire cela. Bravo à lui.

Personnellement, vous retrouvez un bon niveau ?

J. : Oui. C'était une très bonne semaine pour moi après le derby contre Saint-Etienne (il avait fait marquer Benzema). J'ai besoin d'être au top physiquement. A Toulouse, je n'étais pas du tout prêt. Depuis j'ai joué quatre matches pratiquement en entier. Je me sens très bien. Je monte en puissance comme l'équipe et j'espère aider l'OL à continuer de gagner.

On vous a vu tomber dans les bras de Sidney Govou à la fin du match (Govou avait critiqué Juninho dans la presse à l'intersaison ) ?

J. : Oui et c'est tout à fait normal. La polémique fait partie du travail des médias. On ne doit plus revenir sur les mauvaises choses. Comme pour les titres, c'est du passé. Nous allons continuer à jouer ensemble et à aider l'équipe, au sein de laquelle nous sommes respectueux les uns envers les autres. C'est cela qui est important.

Lyon n'a finalement pas enregistré un recrutement de dernière minute. Quel est votre commentaire ?

J. : Je pense que l'effectif est plus facile à gérer comme il est. Nous avons des joueurs de talent à chaque poste. J'ai entendu parler de l'intérêt de l'OL pour Mancini de l'AS Rome, mais j'ai totalement confiance en Hatem Ben Arfa. Entre les deux, je ne pense pas qu'il y ait de différence. Il faut lui laisser le temps de jouer.

Lyon a joué ces trois derniers matches en 4-5-1 (ou 4-3-3). Qu'est ce que cela vous inspire ?

J. : Nous pouvons jouer de plusieurs manières en 4-4-2 ou 4-3-3. Avec ce dernier système, cela a marché sur les trois victoires. Nous avons défendu ensemble et c'est cela qui est important. Il faut continuer à progresser car la saison sera très difficile, mais je sens que quelque chose se passe qui commence à nous donner confiance et à nous laisser espérer de bien terminer en mai.

_________________
Le professionel du cyclisme
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
sebastien0106
Administrateur
avatar

Masculin
Nombre de messages : 679
Age : 24
Localisation : Mionnay
Emploi : Collégien
Loisirs : Cyclisme, Motocross
Date d'inscription : 27/04/2007

MessageSujet: Ligue 1: Actualité   Mer 05 Sep 2007, 08:48

Nasri : "On a fait un pas"

Piqué au vif par les propos de Pape Diouf, Samir Nasri est satisfait de la réaction de l'OM à Paris (1-1). Le Tricolore, qui "commence à retrouver (ses) sensations", est rassuré et espère que ce match constituera un déclic pour la suite de la saison avant une trêve qui s'annonce bénéfique.

SAMIR NASRI, que retenez-vous de ce match nul ramené du Parc des Princes ?

S.N. : Je suis assez satisfait. C'était un match équilibré. C'est bien d'avoir rapporté un point de Paris. C'est bon pour retrouver la confiance. Contre Nice (0-2), on avait fait un non-match. Les propos du président (Pape Diouf a parlé de "joueurs de DH", ndlr) nous ont un peu piqués à vif. Mais c'étaient des propos qui étaient entièrement justifiés. (Dimanche soir), on a tourné la page. On a déjà fait un pas et on a montré un tout autre visage. On a relevé la tête. C'est encourageant pour la suite.

En fin de match, Marseille a pourtant semblé se contenter de ce résultat...

S.N. : C'est sûr qu'on n'allait pas partir à l'abordage. Parfois, il faut savoir conserver du match nul, ne pas être trop gourmand car eux aussi ont eu des opportunités. On l'a bien fait, même si sur deux ou trois coups, on aurait pu marquer et l'emporter. Ça, c'est vraiment dommage. Mais Paris a aussi eu des opportunités. On aurait peut-être pu mieux gérer les temps faibles. Surtout après notre but. Pendant les 10 ou 15 minutes qui ont suivi, on a eu du mal à contenir les assauts de nos adversaires. Je pense que c'est sur ce plan là qu'on doit progresser.

Après la défaite face à Nice, vous disiez que vous sentiez plus à l'aise à l'extérieur. Est-ce que ça s'est vérifié ?

S.N. : Oui, ça s'est un peu vérifié. Comme l'a dit Peguy Luyindula, à domicile, on a un peu peur de prendre des risques. C'est dommageable. Mais, face au PSG, on a accumulé de la confiance donc je pense qu'on affichera un tout autre visage contre Toulouse au Vélodrome dans quinze jours.

Ce match peut-il marquer le véritable début de votre saison ?

S.N. : Je l'espère. Il faudra se servir de ce match pour avancer et construire le futur de l'OM. Maintenant, il y a une coupure internationale de quinze jours. J'espère qu'elle fera du bien à tout le monde, et pas seulement à moi. Elle nous permettra de bien récupérer et qu'on pourra enchaîner avec des bons résultats en revenant.

Cet OM est-il prêt pour la Ligue des Champions ?

S.N. : Pour l'instant, il n'est pas question de parler de Ligue des Champions. Il reste des matches de championnat à disputer d'abord. L'Europe, on y pensera plus tard.

A titre personnel, êtes-vous à 100 % depuis votre blessure à la cheville ?

S.N. : Je commence à retrouver mes sensations. Dimanche, je me suis déjà senti mieux que face à Nice. J'ai pu tenter davantage de chose. C'est encourageant.

_________________
Le professionel du cyclisme
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
sebastien0106
Administrateur
avatar

Masculin
Nombre de messages : 679
Age : 24
Localisation : Mionnay
Emploi : Collégien
Loisirs : Cyclisme, Motocross
Date d'inscription : 27/04/2007

MessageSujet: Ligue 1: Actualité   Dim 16 Sep 2007, 18:58

Lyon a les crocs


L'Olympique Lyonnais a explosé Metz à Saint-Symphorien (1-5). Grâce à un triplé de Benzema notamment, le sextuple champion de France remonte à la deuxième place au classement et signe sa quatrième victoire de rang. De bon augure avant le choc de C1 à Barcelone.

METZ - LYON : 1-5
Buts : Gueye (46e) pour Metz - Benzema (4e, 36e, 38e), Ben Arfa (59e) et Juninho (87e) pour Lyon


La machine est définitivement lancée. Après un retour fracassant face au Mans il y a quinze jours (3-2), Lyon confirme son retour en force en signant sa quatrième victoire consécutive. Si les Manceaux avaient inquiété l'OL à Gerland, les Lorrains ont, quant à eux, volé en éclats à Saint-Symphorien. Obligés de s'imposer pour ne pas rester englués au fin fond du classement, les hommes de Francis De Taddéo débutent la rencontre de la pire des manières. En effet, il ne faut que quatre minutes aux visiteurs pour trouver la faille dans la défense locale.

Parfaitement servi par Juninho côté gauche, Benzema plante la première banderille lyonnaise d'une frappe croisée à ras de terre (0-1, 4e). Cueillis à froid, les Messins vont accumuler les ennuis avec la sortie prématurée du défenseur Vivian (8e). Dépassés dans tous les compartiments de jeu et trop tendres dans la lutte pour le ballon, les partenaires de l'ex-Troyen Barbosa manquent d'encaisser un autre but peu après le quart d'heure de jeu sur une frappe flottante de "Juni" qui passe juste au-dessus de la barre transversale de Marichez (17e). Il faut attendre plus de vingt minutes de jeu pour voir enfin les premières tentatives messines. Cependant rien de bien concret tant les milieux de terrain cherchent trop rapidement leurs attaquants en balançant de longs ballons trop imprécis qui permettent à Vercoutre de travailler ses prises de balles aériennes.

Benzema au top

Francis De Taddéo a beau exhorter ses joueurs à aller de l'avant, rien y fait. Lyon est beaucoup trop fort et va tuer le match en deux minutes. Le temps pour Karim Benzema d'inscrire deux autres buts (36e et 38e) sur des caviars d'Hatem Ben Arfa, auteur lui aussi d'un gros match (0-3). Privé de Fred, blessé, et avec Baros sur le banc, Alain Perrin semble avoir trouvé avec Benzema et Ben Arfa le duo d'attaque tant attendu du côté du Rhône. A la mi-temps, les Lorrains savent qu'ils ont match perdu et ne pensent plus qu'à éviter de prendre une valise.

Davantage préoccupés par leur rendez-vous tant attendu face au Barça, les Rhodaniens entament la seconde période avec plus de relâchement et encaissent une minute après le coup d'envoi un but de Gueye, dont la reprise du coup de pied, déviée par la défense, lobe Vercoutre (1-3, 46e). Mais ce n'est qu'une illusion. Rapidement, le duo Benzema-Ben Arfa va de nouveau faire parler la poudre. Après deux penalties évidents non sifflés pour lui, Hatem Ben Arfa parvient tout de même à trouver la faille avec une frappe croisée instantanée après un une-deux avec Benzema qui lui renvoie l'ascenseur (1-4, 59e). La suite du match sera un véritable calvaire pour Metz et plus particulièrement pour Marichez qui sera littéralement bombardé par la force de frappe lyonnaise. Juninho conclue finalement le match par un but sur coup franc qui laisse le portier lorrain sur place (1-5, 87e). Avec cette large victoire, Lyon prépare de la meilleure des manières son déplacement au Camp Nou pour y affronter le grand Barça et se relance complètement en championnat en remontant à la deuxième place, à un point du leader nancéien. De leur côté, les Messins restent englués à la dernière place et n'affichent toujours aucune victoire à leur compteur.

LA DECLA : Alain Perrin (Lyon)

"Le match s'est parfaitement déroulé. Nous avions l'intention de faire une bonne entame pour pouvoir gérer la suite des opérations. C'est ce qui s'est passé. Nous étions venus dans l'intention de gagner et marquer. Benzema est certes buteur ce soir, mais il avait déjà débloqué son compteur. Il continue donc et c'est bien. Maintenant il faut rester lucide. Notre deuxième période a été loin d'être parfaite, et nous avons offert des occasions à nos adversaires, qui ne sont pas parvenus à les concrétiser. Une semaine difficile nous attend."

_________________
Le professionel du cyclisme
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
sebastien0106
Administrateur
avatar

Masculin
Nombre de messages : 679
Age : 24
Localisation : Mionnay
Emploi : Collégien
Loisirs : Cyclisme, Motocross
Date d'inscription : 27/04/2007

MessageSujet: Ligue 1: Actualité   Dim 16 Sep 2007, 19:02

L'OM file vers la crise

Battu au Vélodrome par Toulouse (1-2) lors de la 8e journée, l'Olympique de Marseille s'enfonce un peu plus. Albert Emon pourrait en faire les frais. Les prochaines heures devraient dire si l'entraîneur olympien est maintenu à la tête de l'équipe. La crise couve.

MARSEILLE - TOULOUSE : 1-2
Buts : Zubar (91e) pour Marseille - Emana (11e) et Elmander (37e)
pour Toulouse


On n'attendait même plus les monts et merveilles prévus en début de saison. Non. On en était juste à guetter une réaction de l'OM après un début de championnat proprement calamiteux. Ce nouveau revers, le troisième de la saison déjà, pourrait avoir de graves conséquences sur la suite. Avec au coeur de la tempête, Albert Emon. Plus la peine d'y aller par quatre chemins : l'entraîneur marseillais est clairement menacé. Pape Diouf avait déjà perdu ses nerfs après le dernier camouflet subi contre Nice (0-2) en classant ses joueurs au rayon CFA. Le président de l'OM avait tenté de se reprendre par la suite en réaffirmant sa confiance à son entraîneur. Après ce nouveau couac, on doute que Diouf temporise à nouveau. "Je sais que certains vont vouloir en profiter" avouait, lucide, Emon après le match.

Emon, sentant l'urgence de la situation avant le match, s'était fendu d'une sortie musclée. "Tout ce qu'on s'est dit entre nous ces derniers jours, j'espère le retrouver contre Toulouse. Sinon, je pense qu'il faudra des choses plus radicales." Il faut dire que depuis le début de saison, Marseille inquiète par ses résultats mais aussi, et c'est plus grave, par le contenu. Ou plus précisément par l'absence de contenu. Oh, il y avait bien quelques bonnes séquences à Paris (1-1) qui avaient laissé espérer que peut-être... Mais non, définitivement cette équipe n'a pas retrouvé la cohérence et le tranchant qui avaient fait sa force l'an passé.

Le coup du boomerang

Pour être tout à fait honnête, il faut dire que l'OM ne se distingue pas non plus par une chance insolente. Mais le hasard ne supporte guère le pluriel. En fait, l'OM est plutôt bien entré dans la partie. Mais il n'a jamais su capitaliser ces bonnes intentions ne serait-ce que par des situations dangereuses, à l'exception de cette bonne prise de balle de Niang suivie d'une frappe contrée (9e). La suite ? Un vrai boomerang. Une minute après cette tentative, Toulouse transformait, lui, son premier essai par Emana (après un une-deux avec Elmander) au coeur d'une arrière-garde phocéenne paralytique (1-0, 10e).

La suite ? Une longue agonie pour un Olympique de Marseille encore rattrapé par tous ses démons. Seuls Niang (20e) et Nasri (32e et 34e) plaçaient quelques banderilles. Pas trop fort mais suffisamment pour que Toulouse décide de châtier ces audaces qui n'en étaient même pas, par Elmander face à une défense déjà aux vestiaires (2-0, 36e). La bronca n'en fut que plus superlative. "Le public a eu bien raison de nous siffler puisque l'on n'est pas là où il nous espérait" admettra Nasri, fataliste. Le plus troublant fut l'absence de révolte olympienne au retour de la pause. Sans relief aucun, la seconde période était à peine troublée par l'expulsion de Rodriguez (pour un enchaînement tacle-baffe sur Mansaré) puis celle, sévère, d'Illunga (pour une touche jouée trop lentement). Même la réduction du score par Zubar dans les arrêts de jeu ne trompait personne. "Chacun fait son numéro dans son coin. On ne s'en sortira pas comme ça" lâchait même un Niang désabusé. Déjà se profilent Besiktas (en Ligue des Champions) puis Auxerre et une question : avec qui ? On devrait vite le savoir.

LA DECLA : Mamadou Niang (Marseille)

"Après 12 minutes de jeu, on se fait surprendre. On n"est pas assez attentif sur un coup franc rapidement joué. Même en étant mené 1-0, on voulait repartir au combat. Malheureusement, on prend ce deuxième but qui tue le match. C"est à nouveau un coup franc et une nouvelle erreur. On prend deux buts alors qu"ils ne cadrent que deux frappes en première période. C"est vraiment dur à encaisser. Faut arrêter avec cette histoire de peur du Vélodrome. Nous, les joueurs, on sait que les supporters sont derrière nous. C'est normal s'ils se manifestent quand on perd. On les comprend. Mais, si on arrive à montrer un autre visage et gagner des matches, on sait que l'on pourra compter sur eux."

_________________
Le professionel du cyclisme
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
sebastien0106
Administrateur
avatar

Masculin
Nombre de messages : 679
Age : 24
Localisation : Mionnay
Emploi : Collégien
Loisirs : Cyclisme, Motocross
Date d'inscription : 27/04/2007

MessageSujet: Ligue 1: Actualité   Lun 17 Sep 2007, 08:59

Paris prend du galon

Avec assurance, le Paris Saint-Germain est allé s'imposer sur la pelouse de Monaco (1-2), lors de la 8e journée de Ligue 1. Comme la saison passée, le club de la capitale a réussi son "match référence" de début de saison à Louis II. Les Parisiens pointent désormais à la onzième place.

MONACO - PSG : 1-2
Buts : Menez (85e) pour Monaco - Armand (40e) et Diané (53e) pour le Paris Saint-Germain


Après sept matches joués la peur au ventre et une seule victoire glanée face au Mans, les hommes de Paul Le Guen ont retrouvé une âme de guerriers après cette trêve internationale de quinze jours, visiblement salvatrice. Sans ses "stars", Pauleta, Yepes et Gallardo, le Paris Saint-Germain s'est imposé à Monaco pour la deuxième fois de suite (1-2). Le club de la capitale a montré un visage offensif en 4-3-3 avec Luyindula en pointe, le duo Rothen-Diané en soutien, et Mendy préféré à Ceara sur le flanc droit de la défense. Un choix judicieux compte tenu de l'apport de l'ancien Caennais face à la vivacité de Menez, aligné en pointe de l'attaque monégasque aux côtés de Piquionne.

Si d'emblée, la maîtrise et la domination est du côté de la Principauté, les meilleures occasions sont à mettre à l'actif des Parisiens. Sur un coup franc de Rothen, dévié par Diané, Luyindula est tout près d'ouvrir le score (5e). Les nombreux coups de pied arrêtés obtenus par Rothen donnent quelques sueurs froides à Roma. Impuissants dans les vingt-cinq derniers mètres, les hommes de Ricardo ne peuvent que réagir sur une frappe lointaine cadrée de Piquionne (26e) et sur un tir à bout portant d'un Néné intenable sur son côté gauche (28e).

Il faut un coup franc en forme de coup du sort pour mettre le club de la capitale sur les bons rails. Sur le ballon de Rothen, la défense monégasque, étonnement apathique, laisse filer Armand, hors-jeu au départ de l'action, qui place une tête imparable (0-1, 40e). L'ouverture du score, sujette à polémique, libère les Parisiens qui finissent en trombe le premier acte même si Camara doit repousser sur sa ligne une frappe de Menez hors de portée de Landreau (41e).

Le coup de semonce de Diané

Peinant à trouver la brèche, Ricardo fait entrer Koller dès la reprise (46e). Mais le géant du Rocher tardera à trouver ses marques. Et au contraire, la défense et le milieu monégasque s'effritent peu à peu. Sur un centre de l'inévitable Rothen, Diané double la mise de la tête malgré Bolivar (0-2, 53e). Ce break semble anéantir des Rouge et Blanc tout près d'encaisser un troisième but sur un coup franc de Frau (62e).

Le géant tchèque finit par s'imposer grâce aux services plus précis de Leko puis Gakpé entrés en cours de jeu. Sur deux coups de tête (67e, 77e), l'attaquant du Rocher est tout près de réduire la marque. Mais l'auteur de la réduction du score sera finalement Menez d'un superbe coup franc sur lequel Armand n'est pas exempt de tous reproches (1-2, 85e). Un but également sujet à caution puisque l'ancien Sochalien, auteur d'un tacle plus que limite sur Armand, aurait dû être expulsé (69e). Malgré un rush en fin de partie, les hommes de Ricardo ne danseront pas la samba. Défait pour la troisième fois cette saison, Monaco ne rejoindra pas le trio de tête. Pour Paris en revanche, tous les rêves sont permis.

LA DECLA : Paul Le Guen (entraîneur du Paris SG)

"C'est la victoire du talent pour une bonne partie du match. Puis on s'est accroché. On a vu de l'abnégation de la part de tout le monde. Cela est susceptible de nous redonner confiance. Ce que l'on fait depuis quelques temps n'est pas forcément brillant mais on s'accroche. Notre parcours à l'extérieur est intéressant avec deux nul et deux victoires. On avait dit qu'on venait pour gagner. On l'a démontré. On a démontré des qualités prometteuses. Mais aussi du courage. Maintenant, il faut enchaîner au Parc."

_________________
Le professionel du cyclisme
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
sebastien0106
Administrateur
avatar

Masculin
Nombre de messages : 679
Age : 24
Localisation : Mionnay
Emploi : Collégien
Loisirs : Cyclisme, Motocross
Date d'inscription : 27/04/2007

MessageSujet: Ligue 1: Actualité   Dim 23 Sep 2007, 17:47

L'OM coule à pic

Malgré un sursaut en Ligue des Champions, Marseille est retombé dans ses travers samedi en championnat face à Auxerre (0-2). Alors que le mal semble profond, les dirigeants olympiens espèrent trouver rapidement des solutions pour remettre l'OM à flot. Les jours d'Albert Emon sont comptés...

Après une nouvelle défaite, la quatrième en neuf journées de championnat, Marseille s'est enfoncé un peu plus dans les abîmes de la Ligue 1. En Bourgogne, face à une équipe d'Auxerre visiblement plus motivée, les Olympiens ont vécu un nouveau cauchemar. Avec sept petits points glanés sur vingt-sept possibles, ils occupent désormais une peu reluisante seizième place, trois longueurs seulement devant la lanterne rouge sochalienne. A la pause, après un doublé de Daniel Niculae, le sort de la rencontre était déjà plié. Celui d'Albert Emon également ? C'est fort possible.

Après la rencontre, le coach marseillais n'a pas daigné répondre aux questions de la presse. Il a quitté le stade de l'Abbé-Deschamps sans mot dire, la tête basse. Quelques minutes plus tôt, dans les vestiaires de l'OM, il avait déjà agi de la sorte face à ses joueurs. Le silence au lieu de la colère. Pas un mot pour exprimer ce qu'il a ressenti de son banc de touche face à un tel spectacle. Une sorte de résignation qui en dit long sur l'avenir proche de l'entraîneur de l'OM, qui sait probablement déjà de quoi sera fait son avenir dans les Bouches-du-Rhône.

La discrétion de RLD

Dans l'entourage du club champion d'Europe en 1993, on a du mal à comprendre ce qui arrive. Son président Pape Diouf le premier : "Si au mois de juillet, on nous avait dit que nous serions en septembre dans cette position, je ne l'aurais pas cru, même si je sais que le football peut être cruel." Discret depuis le début du championnat, l'actionnaire principal de l'OM, Robert-Louis Dreyfus, n'a pas encore donné ses directives. Le président olympien tarde à donner les siennes : "Il est encore trop tôt pour dire comment il va falloir réagir, ou dire voilà les solutions qu'il faut apporter à certains problèmes. On ne peut pas à chaud inventer des solutions et pourtant il faut bien que nous arrivions à un électrochoc, que nous fassions quelque chose qui remettre l'équipe à flot" .

Sur le Vieux-Port, les rumeurs annoncent une solution interne (le retour de José Anigo ?) ou l'arrivée de Bruno Metsu. Mais le "sorcier blanc", ami de longue date de Pape Diouf, est sous contrat aux Emirats Arabes Unis jusqu'en 2010. Pour le débaucher, l'OM devrait payer un transfert. L'arrivée de Metsu et donc le remplacement d'Albert Emon, apprécié du peuple marseillais, seront-ils bien vus par celui-ci ? Le casse-tête des décideurs marseillais reste à ce jour sans réponse.

Les têtes pensantes ne veulent pas prendre de décision trop hâtive : "Impérativement, nous les dirigeants devons nous voir, discuter, réfléchir sur les solutions les plus adéquates, et les plus rapides à proposer de manière à ce que notre saison ne soit pas un fiasco, un bide" . Dans 10 jours, l'OM se rendra à Liverpool pour y disputer la suite du premier tour de sa Ligue des Champions. La dernière fois que le club phocéen a évolué à Anfield, lors de la campagne UEFA 2003-2004, José Anigo trustait le banc marseillais. Bis repetita le 3 octobre prochain ?

_________________
Le professionel du cyclisme
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
sebastien0106
Administrateur
avatar

Masculin
Nombre de messages : 679
Age : 24
Localisation : Mionnay
Emploi : Collégien
Loisirs : Cyclisme, Motocross
Date d'inscription : 27/04/2007

MessageSujet: Ligue 1: Actualité   Lun 24 Sep 2007, 08:42

Le PSG n'y arrive pas

Battu par Bordeaux (0-2), le PSG n'a toujours pas gagné à domicile après neuf journées. Les Parisiens, qui restaient pourtant sur une belle victoire à Monaco la semaine dernière (2-1), replongent dans leurs travers. En revanche, les Girondins se hissent ainsi à la 2e place.

PSG - BORDEAUX : 0-2
Buts : Micoud (10e) et Bellion (47e)


Cette saison, le Parc des Princes ne réussit décidément pas au PSG. Après une prometteuse victoire à Monaco (2-1), les Parisiens sont retombé dans leurs travers à domicile. Les joueurs de Paul Le Guen ont commis quelques hésitations coupables. A l'aise à l'extérieur, les Bordelais n'en demandaient pas davantage. Comme la saison dernière, ils s'imposent à Paris et pointent à la 2e place du classement de Ligue 1. Les Parisiens entrent sur la pelouse avec de bonnes intentions offensives mais ils sont pris en contre par les visiteurs bordelais. Wendel tire un corner à droite, Landreau dégage des poings mais le ballon revient. Clément, placé au premier poteau, tarde à remonter et laisse ainsi Micoud en jeu. Se retrouvant seul face au portier parisien, le Girondin inscrit facilement son premier but de la saison en championnat (0-1, 10e).

Le syndrome du Parc ?

Une erreur défensive et le PSG se retrouve rapidement mené à domicile. Les joueurs de Paul Le Guen réagissent vite et poussent. Leur domination dans la première période est totale car Bordeaux perd très vite le ballon mais ils peinent à se procurer des occasions franches. La reprise du droit de Rothen, piston parisien, s'envole (16e), Camara ne parvient pas à placer sa tête (30e) et Ramé, étincelant, capte la frappe de Bourillon puis s'interpose sur la passe en retrait de Digard vers Luyindula (44e). Après la pause, le PSG entend bien conserver son monopole du jeu et le convertir en but. Mais c'est au tour de Camara de commettre l'erreur fatale. Le défenseur perd le ballon dans le rond central et Jussié s'échappe dans l'axe. Le Brésilien arrive dans la surface parisienne et fixe Landreau avant de servir Bellion qui, au point de penalty, pousse le ballon dans le but vide (0-2, 47e).

Pauleta et N'Gog peuvent bien entrer à l'heure de jeu, Bordeaux maîtrise et Bellion est tout près de corser l'addition mais sa frappe dans la course passe de peu à côté (63e). Derrière, Ramé se montre toujours impeccable et repousse la tête décroisée de Pauleta et, sur le rebond, surgit juste avant N'Gog pour dévier en corner (68e). La rencontre reste rythmée et Micoud (72e) puis Wendel (73e) s'illustrent encore dans la surface parisienne. Dans les dernières minutes, Pauleta croit pouvoir sauver l'honneur parisien mais sa frappe échoue sur la barre de Ramé (86e). Bordeaux remporte sa troisième victoire à l'extérieur de la saison après celles obtenues à Auxerre et à Metz. Le PSG de son côté devra se remettre de cette déconvenue en vue de la réception de Rennes lors de la prochaine journée.

LA DECLA : Sylvain Armand (défenseur du PSG)

"On fait deux grosses erreurs et on les paie cash. Mais on a quand même fait un match correct. Avec ce but d'entrée, on a pris un gros coup sur la tête, après c'est dur de revenir. C'est une déception. On a eu pas mal de situations franches, mais ce qu'il nous a manqué c'est de marquer. On va continuer à chercher la solution pour gagner ici (au Parc des Princes). Inquiet? Non, parce qu'on a quand même fait des choses intéressantes. On a malgré tout été bien en place. Pour moi, c'est sans doute le match o on a eu le plus d'occasions."

_________________
Le professionel du cyclisme
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
sebastien0106
Administrateur
avatar

Masculin
Nombre de messages : 679
Age : 24
Localisation : Mionnay
Emploi : Collégien
Loisirs : Cyclisme, Motocross
Date d'inscription : 27/04/2007

MessageSujet: Ligue 1: Actualité   Lun 24 Sep 2007, 08:44

Une semaine à oublier

Quatre jours après sa défaite à Barcelone, Lyon a dû batailler pour arracher le nul face à Lille à Gerland (1-1). Ce qu'il savait si bien faire avant... Pour autant, les champions de France ont montré qu'ils n'étaient pas morts, même s'ils pointent à la 4e place du classement.

LYON - LILLE : 1-1
Buts : Govou (58e) pour Lyon et Bastos (17e) pour Lille


Les joues lyonnaises sont encore un peu rouges. Mais la trace de la gifle reçue à Barcelone (0-3) en Ligue des champions, s'estompent petit à petit sur l'OL. Cette déroute continentale avait renvoyé le champion de France aux doutes dont ils s'étaient légèrement extirpés ces dernières semaines par la grâce d'une série de quatre succès de rang en Ligue 1 ponctuée par une vraie démonstration à Metz (5-1) dans les pas d'un jeune prodige nommé Karim Benzema, auteur d'un somptueux triplé. Et puis Messi sonna le glas.

La suite de la semaine avait prolongé l'onde de choc. Une déclaration d'après match de Juninho pleine de fiel ( "On n'a pas joué ce soir. Était-ce une consigne ? Demandez au coach...") avant que le Brésilien ne quitte le débriefing vidéo d'Alain Perrin avant la fin. Ambiance, ambiance... D'ailleurs, le président de Lyon, Jean-Michel Aulas, n'avait pas forcément contribué à calmer la tension autour de son entraîneur. "Alain Perrin a fait un pari. Manifestement, il n'a pas réussi." Fermez le ban. Au fond, un retour à Gerland était encore ce qui pouvait arriver de mieux aux sextuples champions de France, invaincus dans leur antre depuis janvier.

Comme au bon vieux temps

La venue d'un modeste 14e du Championnat ressemblait à la seconde bonne nouvelle. Sauf quand le 14e en question s'appelle Lille. On ne rappellera jamais assez combien le LOSC fut la bête noire de l'OL durant ses années de règne sans partage. À vouloir convoquer de nouveau son époque glorieuse, Lyon s'exposait aussi au réveil de son ancien épouvantail. Ce qui fut le cas. Claude Puel, le mentor nordiste, a bien une stratégie savante pour gêner à ce point les Gones. "Élever le niveau dans tous les compartiments du jeu et limiter les fautes." Ok... Visiblement, simplicité rime avec succès. Car une fois encore, Lille a offert un énorme combat à Lyon.

Pourtant, l'OL afficha d'entrée de belles intentions cristallisées par un Benzema parfois époustouflant. Comme sur ce "coast to coast" digne du Ronaldo des grandes années (5e). Mais Lille, on l'a dit, est un drôle de client. Sur sa seule occasion qui n'en était même pas une, Michel Bastos expédiait un missile pleine lucarne (17e). Septième ouverture du score pour les Lillois cette saison pour... sept nuls. Lyon, comme sonné par cet uppercut, perdait son football pour le reste de la période. Au retour des vestiaires, bien emmenés par Keita, Bodmer et l'infernal Benzema, les Lyonnais poussaient suffisamment pour revenir grâce à un numéro de l'éternel Govou à l'heure de jeu. Le reste ? Deux buts de Baros justement refusés (hors-jeu et main volontaire), un nouvel exploit de Benzema (slalom géant puis frappe un court poil au-dessus) mais surtout trop de peu de jambes pour forcer le destin. Lyon n'est pas encore guéri. Mais il se soigne...

LA DECLA : Alain Perrin (entraîneur de Lyon)

"Compte tenu de l'investissement des joueurs et des occasions que nous nous sommes procurées, ne pas gagner c'est une frustration et une déception. Nous prenons un but sur une faute de communication et un tir extraordinaire à la suite d'une phase arrêtée. Ce n'était pas facile à 0-1 de se créer des occasions. J'ai bien aimé les déplacements des joueurs. Nous avons manqué de réussite et notamment sur le tir de Bodmer (victime d'un faux rebond). Nous n'avions pas besoin de nous rassurer. Nous sommes dans la continuité de nos matches de championnat mais il faut faire preuve d'efficacité. Nous sommes sur la bonne voie dans la qualité du jeu".

_________________
Le professionel du cyclisme
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
sebastien0106
Administrateur
avatar

Masculin
Nombre de messages : 679
Age : 24
Localisation : Mionnay
Emploi : Collégien
Loisirs : Cyclisme, Motocross
Date d'inscription : 27/04/2007

MessageSujet: Ligue 1: Actualité   Dim 30 Sep 2007, 19:03

Lyon est de retour

Lyon a profité de son match en retard face à Lens (3-0) pour prendre la tête de la Ligue 1 grâce à une meilleure différence de buts sur Nancy. Ça va mieux pour l'OL avant de recevoir les Glasgow Rangers, mardi. En revanche, le RCL reste englué dans la zone de relégation.

LYON - LENS : 3-0
Buts : Fabio Santos (42e), Källström (81e) et Benzema (90e).


Après la claque reçue à Barcelone en Ligue des Champions (3-0) et le match nul concédé à domicile face à Lille (1-1), les Lyonnais se devaient de réagir samedi face aux Lensois lors de ce match en retard de la troisième journée. Car Coupe du monde de rugby oblige, la Ligue 1 s'est octroyée un week-end de repos. L'occasion pour l'OL de mettre à jour son calendrier. L'occasion surtout pour le sextuple champion de France de reprendre son bien, en l'occurrence le fauteuil de leader. Les joueurs d'Alain Perrin n'ont pas failli en s'imposant avec la manière sur des Artésiens aussi frileux que fébriles.

La première période n'est certes pas très spectaculaire mais a le mérite de mettre en lumière un homme. Un homme qu'on a peu l'habitude de voir sur les terrains de Ligue 1. Un homme qui joue donc peu mais qui durant ces quarante-cinq premières minutes a été partout. Fabio Santos, car c'est bien de lui dont il s'agit, s'est illustré à la fois à la fois en défense en effectuant un travail de récupération impressionnant, mais chose plus curieuse, le Brésilien s'est aussi mis en avant sur les phases offensives. Après un premier coup d'essai non concluant (31e), il inscrit ensuite peu avant la pause le premier but de son équipe, son premier en Ligue 1 (1-0, 42e). Bien qu'entaché d'une position de hors-jeu, le but est bien validé par le corps arbitral. Logique au vu de la maîtrise lyonnaise, dur à encaisser pour les Lensois tant ils ont fait preuve de solidité jusqu'à présent.

Le chef d'oeuvre de Benzema

A la reprise, la rencontre tarde à retrouver son rythme. Les Gones contrôlent tranquillement leur avantage sans se mettre en danger tandis que les Artésiens ne prennent aucun risque non plus. Bref, l'ennui commence à se faire sentir. Mais les joueurs de JPP flairent surtout le bon coup. A un quart d'heure du terme, ils se décident alors à jouer, allant enfin de l'avant, se procurant du même coup enfin des situations intéressantes devant le but de Rémi Vercoutre mais sans être toutefois récompensés. Deux penalties oubliés de part et d'autre par Monsieur Auriac donnent ensuite un peu plus d'intensité dramatique à un match qui en manque cruellement.

Du jeu, du spectacle, des buts, tout ce que les spectateurs de Gerland attendaient depuis longtemps, ils vont l'avoir en moins de dix minutes. Après une première frappe lointaine de Källström qui fait mouche (2-0, 81e), c'est ensuite un chef d'oeuvre que Benzema, entré en jeu peu avant, va servir sur un plateau à ses supporters (3-0, 90e), inscrivant au passage son neuvième but de la saison. Lens n'a plus gagné depuis dix ans à Gerland. Lyon n'a toujours pas perdu à domicile cette saison. Mieux, l'OL s'installe de nouveau en tête du classement. Pire, Lens reste englué dans la zone de relégation.

LA DECLA : Jean-Pierre Papin (entraîneur de Lens)

"Je ne pense pas que nous ayons perdu sur la forme mais l'arbitrage a fait la différence et notamment sur le premier but, sur lequel Fabio Santos est hors-jeu. Il y a eu aussi d'autres décisions contestables. L'OL n'a pas besoin de cela pour gagner. Nous prenons 3-0 et les joueurs ne sont pas bien. Cela ne nous arrange pas. Je veux bien perdre mais pas comme cela. Cela fait beaucoup. Cela n'est jamais agréable de prendre 3-0. Nous avons fait presque jeu égal avec le champion de France mais à la sortie, cela fait 3-0. Je suis frustré. La première occasion manquée par Dindane en première période a été déterminante sur la suite du match. A 1-0, j'ai pensé que nous étions capables d'égaliser".

_________________
Le professionel du cyclisme
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
sebastien0106
Administrateur
avatar

Masculin
Nombre de messages : 679
Age : 24
Localisation : Mionnay
Emploi : Collégien
Loisirs : Cyclisme, Motocross
Date d'inscription : 27/04/2007

MessageSujet: Ligue 1: Actualité   Ven 07 Déc 2007, 17:37

L'OL se fait la belle

Facile vainqueur de Strasbourg (5-0) dimanche, l'Olympique Lyonnais prend ses aises en tête de la Ligue 1. Après un été difficile, la machine rhodanienne est lancée et a déjà creusé des écarts avec l'essentiel de ses poursuivants. Le moral est au beau fixe et les regards déjà tournés vers Glasgow.

Au fil de ses sorties, l'Olympique Lyonnais ressemble de plus en plus à ce qu'il était les saisons passées. Si le décollage de la "bande à Perrin" a été laborieux, marqué par de nombreux soubresauts et la montée en puissance perturbée par la traversée de quelques zones de turbulences, il semble que le supersonique rhodanien a enfin trouvé son rythme de croisière. A une altitude où le sextuple champion de France est seul. Loin au-dessus de la mêlée.

Dimanche face au Racing Club de Strasbourg (5-0), le club de Jean-Michel Aulas s'est montré dominateur dans à peu près tous les domaines. Menant 2-0 après moins de vingt minutes de jeu, les Rhodaniens n'ont jamais relâché leur effort et ont garni la valise alsacienne de trois réalisations supplémentaires en seconde période. L'Olympique Lyonnais n'a négligé ni le fond ni la forme. Ce n'était pourtant pas couru d'avance. Alain Perrin en convient : "Ce n'est pas toujours simple de se remobiliser après une rencontre de Ligue des Champions contre Barcelone (2-2). Il faut féliciter les joueurs d'avoir été sérieux et respectueux de l'adversaire, se réjouit le technicien sur le site du club. Les yeux, la concentration, la qualité des placements n'ont pas laissé beaucoup de chances à l'adversaire. Il a également fallu beaucoup de sérieux."

La meute des poursuivants peut s'inquiéter. A l'issue de la 16e journée du Championnat de France, Lyon compte 37 points au compteur et six longueurs d'avance sur Nancy, battu ce week-end au Mans (2-1). Si les Lorrains ont un match en retard à disputer mercredi face Toulouse (6e journée) et pourraient revenir à trois points de l'OL en cas de victoire, cette réduction du fossé aurait tout d'un leurre. En effet, si l'on excepte l'accident marseillais (1-2), l'Olympique Lyonnais survole son sujet depuis quelques temps. Sept victoires sont venues sanctionner ses huit dernières sorties en Ligue 1. Soit 21 points marqués sur 24 possibles. A ce rythme-là, personne ne suit. Même l'ASNL qui, pourtant, carbure (15 points sur 24) et reste la seule formation que Lyon peut voir dans ses rétroviseurs.

Glasgow en point de mire

Derrière, c'est le désert. Les Girondins de Bordeaux, toujours troisièmes au profit d'un succès fou obtenu aux dépens de Toulouse (4-3), pointent à neuf longueurs. Mathématiquement, les hommes de Laurent Blanc sont donc plus proches de l'Olympique de Marseille (16e avec huit points de retard) que du leader de la Ligue 1. De quoi regarder derrière... et donner des gages de sécurité supplémentaires à un OL toujours plus serein et ambitieux. Dimanche soir, Alain Perrin, son staff et les joueurs en ont montré une belle preuve. A peine le match terminé, les Lyonnais se projetaient déjà sur les Rangers. D'ici là, il faudra aller à Caen. Mais les Gones voient plus loin. "Ce soir, il fallait gérer les efforts. Le mot d'ordre du moment, c'est 'être bien sur le plan offensif mais également en défense', dévoile Christophe Galtier. C'est ce qu'il faudra faire contre Glasgow en tenant le 0-0 le plus longtemps possible. Les occasions d'inscrire un but ne manqueront pas."

Cette montée en puissance vers une plénitude retrouvée tombe au meilleur des moments et tranche avec le passé. Ces dernières années, l'OL de Paul Le Guen puis de Gérard Houllier carburaient dès la fin de l'été. Pour preuve, des premiers tours de Ligue des Champions vite et brillamment expédiés. Cette saison, l'été a été laborieux. Et pas toujours heureux, comme en témoignent les blessures de Grégory Coupet et Cris. Mais au final, les Rhodaniens pourraient bien se retrouver en huitièmes de finale de la Ligue des Champions, à condition de l'emporter à Glasgow la semaine prochaine, et ont déjà pris leurs distances en Ligue 1. Un air de déjà vu finalement.

_________________
Le professionel du cyclisme
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
sebastien0106
Administrateur
avatar

Masculin
Nombre de messages : 679
Age : 24
Localisation : Mionnay
Emploi : Collégien
Loisirs : Cyclisme, Motocross
Date d'inscription : 27/04/2007

MessageSujet: Ligue 1: Actualité   Mar 11 Déc 2007, 09:14

Paris a des tripes

Vainqueur à Auxerre (0-1), le PSG a su trouver les ressources mentales pour s'imposer dans un contexte difficile. Les hommes de Paul Le Guen, notamment les cadres, sont ainsi parvenus à sortir le club de la zone rouge. Mais il faudra confirmer au Parc contre Toulouse.

La victoire du PSG à Auxerre n'est peut-être pas anodine. Elle pourrait l'être sous certains aspects. Après tout, Paris avait déjà montré de belles qualités à l'extérieur cette saison. La défaite subie à Nice il y a quinze jours n'était que la première des hommes de Paul Le Guen hors de leurs bases, où ils avaient déjà signé trois succès. Le quatrième a été acquis dans un contexte bien plus délicat. Déjà, jouer à l'Abbé-Deschamps, sous une pluie battante, face à une équipe d'Auxerre qui restait sur deux victoires consécutives ressemblait à tout sauf à un cadeau. Mais c'est surtout le comportement hostile de certains "supporters" du club de la capitale qui a provoqué le climat de tension extrême dans lequel les Parisiens ont préparé ce match. Leur victoire en Bourgogne y tire beaucoup de sa valeur.

Il faut bien le reconnaître, Le Guen et ses joueurs n'ont pas vraiment été soutenus cette semaine. La défaite contre Caen avait provoqué un mouvement de mécontentement des "supporters" au Camp des Loges lundi dernier. Sylvain Armand et Jérôme Rothen étaient particulièrement visés, et Alain Cayzac avait dû intervenir pour apaiser la situation. Jeudi, ces mêmes "supporters" s'en étaient pris directement à Rothen, adressant des menaces au domicile du milieu parisien et dégradant même sa voiture.

Comme si ça ne suffisait pas, ils n'ont rien trouvé de mieux à faire que de s'en prendre au bus de leur propre équipe avant la rencontre, aux abords du stade de l'Abbé-Deschamps. Ajouté à la situation sportive d'un club relégable et à la pression médiatique qui en découle, le contexte était définitivement hostile au club de la capitale. Mais il a fait front, faisant preuve de ressources mentales insoupçonnées jusqu'ici pour signer une victoire à Auxerre et sortir de la zone rouge. Grâce à un collectif soudé au sein duquel les cadres ont répondu présent. Mickaël Landreau a sorti les arrêts qu'il fallait, Peguy Luyindula a marqué et Armand, particulièrement chahuté cette semaine, a été impeccable défensivement et décisif offensivement avec l'avant-dernière passe sur le but de l'ancien... Auxerrois.

Rothen, comme un symbole

Mais la palme revient à Rothen. Parce que Le Guen avait même hésité à l'intégrer au groupe tant l'ancien Monégasque était choqué du comportement des "supporters" à son égard. Mais l'international français voulait jouer ce match. Aligné au poste de milieu gauche, Rothen a été brillant, s'imposant comme le leader technique dont Paris a tant besoin avant de peser directement sur le sort du match en déposant une merveille de centre sur le crâne de Luyindula pour le but vainqueur.

Il symbolise la force mentale dont les Parisiens ont fait preuve durant cette rencontre. Parce que le contexte était totalement défavorable et qu'il fallait donc avoir des tripes pour sortir de l'Abbé-Deschamps en vainqueur. Mais, comme cela sera certainement souvent le cas cette saison, le plus dur reste à faire pour le PSG. "Il faut aller au-delà d'une éventuelle victoire. Je crois qu'il faut vraiment travailler sur l'idée de faire dans la continuité, de construire sur des bases solides. C'est vrai qu'une victoire servirait beaucoup sur le plan mental avant de recevoir Toulouse mais, encore une fois, cela ne suffirait même pas. Il faut vraiment s'attacher à faire une série", rappelait Le Guen avant la rencontre. Après Auxerre, Paris va encore devoir se sortir les tripes pour vaincre Toulouse, Johan Elmander et le syndrome du Parc. Sans quoi la victoire acquise en Bourgogne restera définitivement anodine.

_________________
Le professionel du cyclisme
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
sebastien0106
Administrateur
avatar

Masculin
Nombre de messages : 679
Age : 24
Localisation : Mionnay
Emploi : Collégien
Loisirs : Cyclisme, Motocross
Date d'inscription : 27/04/2007

MessageSujet: Ligue 1: Actualité   Mar 11 Déc 2007, 09:19

Lyon lâche du lest


Battu à Caen (1-0) lors de la 17e journée, Lyon voit son avance en tête du classement de Ligue 1 s'amenuiser légèrement. Nancy, tenu en échec sur son terrain par Valenciennes (0-0), n'a plus que quatre points de retard sur l'OL. Vainqueur à Lens (1-2), Le Mans est quatrième.

Auxerre0-1Paris SG
Le PSG est sorti de la zone des relégables après sa victoire à Auxerre (0-1), acquise grâce à un but de Peguy Luyindula. Les hommes de Paul Le Guen occupent désormais la 17e place du classement avec un point d'avance sur Lille et pointent à une longueur d'Auxerre, désormais 16e.
Le film du matchLe compte rendu
Nice1-1Bordeaux
Bordeaux a arraché un point précieux sur le terrain de Nice (1-1) et reprend sa troisième place au classement de la Ligue 1. Les Girondins devancent Le Mans à la différence de buts. Nice grimpe pour sa part en septième position.
Le film du matchLe compte rendu
St-Etienne2-0Metz
Saint-Etienne a remporté une précieuse victoire devant Metz (2-0) dans son chaudron de Geoffroy-Guichard. Longtemps maladroits, les Verts ont trouvé l'ouverture grâce à un Dernis étincelant avant que Feindouno ne parachève le succès stéphanois.
Le film du matchLe compte rendu
Toulouse1-0Lille
Grâce à un nouveau but de son phénoménal attaquant suédois, Toulouse domine Lille (1-0) dans un match très intense. L'équipe d'Elie Baup met ainsi fin à une série de sept matches sans succès et se donne un peu d'air. De son côté, le LOSC est au bord de la zone de relégation (17e).
Le film du matchLe compte rendu
Strasbourg3-0Rennes
Strasbourg met fin à sa série de quatre matches sans victoire en dominant Rennes 3 à 0. Après un but en début de rencontre, les Alsaciens ont profité des prises de risques de leurs adversaires pour inscrire deux buts en contre. Renne subit sa cinquième défaite consécutive et s'enfonce un peu plus.
Le film du matchLe compte rendu
Caen1-0Lyon
Caen crée la surprise du jour en faisant tomber Lyon (1-0). Face à une équipe lyonnaise largement remaniée en vue du match face à Glasgow, les Caennais ont fait preuve d'une belle solidarité pour venir à bout de l'OL et s'installer à une surprenante septième place. Lyon reste leader.
Le film du matchLe compte rendu
Lens1-3Le Mans
Lens a subi une nouvelle déconvenue au stade Felix-Bollaert en s'inclinant devant Le Mans (1-3). Un succès qui permet aux Manceaux de reprendre la troisième place de la L1. Les Lensois sont désormais quinzièmes et ne gagnent plus à domicile.
Le film du matchLe compte rendu
Lorient2-1Sochaux
Sochaux s'est incliné à Lorient (1-2) et sombre encore un peu plus dans le bas du classement. Malgré la réduction du score d'Erding, Sochaux encaisse sa troisième défaite consécutive. Les Lorientais pointent à la 11e place.
Le film du matchLe compte rendu
Nancy0-0Valenciennes
Vivement que la trêve arrive ! C'est à peu de chose près ce que doit se dire Pablo Correa. Après deux prestations médiocres au Mans (1-2) et à Toulouse (1-1), Sébastien Puygrenier et ses équipiers n'ont pu faire mieux que 0-0 face à Valenciennes. Ils conservent cependant leur deuxième place.
Le film du matchLe compte rendu
Marseille2-0Monaco
Marseille a bien préparé le choc face à Liverpool en dominant Monaco (2-0) en match d'ouverture de la 17e journée de Ligue 1. Les Olympiens, désormais invaincus depuis cinq matches en championnat, grimpent à la 13e place du classement.

_________________
Le professionel du cyclisme
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Ligue 1: Actualité   

Revenir en haut Aller en bas
 
Ligue 1: Actualité
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Les actualités de la Marine Française
» Mer et marine, toute l'actualité marine.
» La ligue des champions en direct sur le forum :-)
» LE DFCO EST EN LIGUE 1
» La ligue 1 reprend

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Sébastien et toute son équipe :: SPORT :: Footboall-
Sauter vers: